La vérité est au fond de la bible. C’était le bon temps… I want to believe aux extraterrestres bramait Mulder, foutaises rétorquait la scientifique Scully avant de se faire enlever et de subir les derniers outrages intergalactiques… Fans de X-Files la série, passez votre chemin ! L’époque où ce grand fou de Foxy et sa Dana partaient à la chasse aux petits hommes verts est définitivement révolue.

Scènes de chasse en forêt espagnole. Le titre original est El Rey de la Montaña, soit le roi de la montagne, le titre français : les proies… Les cibles auraient sans doute mieux convenu, car lorsque le héros décide de poursuivre sur une route déserte la jeune femme plutôt entreprenante qu’il a rencontrée dans les toilettes d’une station service, il n’imagine pas se perdre en pays inconnu où règnent les snipers.

Le monde tel qu’il est, mythomanies enfantines. Est-ce le manque évident de charisme d’Edouard Baer plutôt habitué au rôle de funambule sympathique qui nous offre ici une interprétation monolithique, au scénario plutôt mince et sans véritables enjeux, à l’apparition d’Alain Chabat, le producteur, en professeur d’anglais (pas très discret le clin d’œil), mais on a du mal à croire à cette histoire de veuf poursuivi par d’hypothétiques tueurs et qui enseigne à son fils l’art du close-combat.

Un pour tous, tous pourris. James Ellroy est dingue. James Ellroy est un obsessionnel. James Ellroy a un compte à régler avec lui-même, avec la vie, avec les flics. James Ellroy devrait songer à se renouveler un peu. Car l’histoire de Au bout de la nuit (Street kings en VO. Un hourra pour le traducteur…) a été mille fois contée, très souvent en mieux et la plupart du temps d’ailleurs grâce à Ellroy lui-même.