Retour vers le futur : Les 35 de 1952

© Daiei Motion Picture Company, Twentieth Century Fox Film Corporation,  Warner Bros. Pictures, Republic Pictures, Robert et Raymond Hakim,  Universal International Pictures, Mercury Productions, RKO Radio Pictures, Celebrated Productions, Compagnie Commerciale Française Cinématographique (CCFC), Paramount Pictures, Gainsborough Pictures, Deputy Corporation
© Daiei Motion Picture Company, Twentieth Century Fox Film Corporation, Warner Bros. Pictures, Republic Pictures, Robert et Raymond Hakim, Universal International Pictures, Mercury Productions, RKO Radio Pictures, Celebrated Productions, Compagnie Commerciale Française Cinématographique (CCFC), Paramount Pictures, Gainsborough Pictures, Deputy Corporation

1952 dans le viseur de Zoom Arrière.

Nous revoici en compagnie de Zoom arrière !

Et en cette belle année 1952 (présentée par le taulier du Journal Cinéma du Dr Orlof), une jolie moisson de 53 films sur les 551 enregistrés par Encyclo-ciné et pas grand chose à jeter, quoique.

La quinzaine prodigieuse

  • Rashomon de Akira Kurosawa_1950
  • L’affaire Cicéron/Five fingers de Joseph-Leo Mankiewicz
_1951
  • L’inconnu du Nord-Express/Strangers on a train de Alfred Hitchcock_1951
  • L’homme tranquille/The quiet man de John Ford_1952
  • Casque d’or de Jacques Becker_1951
  • Les affameurs/Bend of the river de Anthony Mann_1951
  • Othello de Orson Welles_1952
  • La maison dans l’ombre/ On dangerous ground de Nicholas Ray
  • La flibustière des Antilles/Anne of the Indies de Jacques Tourneur
_1951
  • Les feux de la rampe/Limelight de Charles Chaplin
_1952
  • Le plaisir de Max Ophüls_1951
  • Le démon s’éveille la nuit/Clash by night de Fritz Lang_1952
  • Le gouffre aux chimères/The big carnival de Billy Wilder_1951
  • Une femme disparaît/The lady vanishes de Alfred Hitchcock_1938
  • J’ai vécu l’enfer de Corée/The steel helmet de Samuel Fuller_1951

Les excellentes pelloches

  • Le jour où la terre s’arrêta/The day the earth stood still de Robert Wise_1951
  • Le choc des mondes/When worlds collide de Rudolph Maté
_1951
  • La cible humaine de Henry King_1950
  • Le rôdeur/The prowler de Joseph Losey_1951
  • Baïonnette au canon/Fixed bayonets de Samuel Fuller
_1951
  • La chose d’un autre monde/The thing de Christian Nyby et Howard Hawks_1951
  • La porte du diable/Devil’s doorway de Anthony Mann_1950
  • Une place au soleil/A place in the sun de George Stevens_1951
  • La vérité sur Bébé Donge de Henri Decoin_1951
  • La reine africaine/The African queen de John Huston
_1951
  • Un tramway nommé désir/A Streetcar named desire de Elia Kazan_1951
  • Un Américain à Paris/An American in Paris de Vincente Minnelli_1952
  • L’homme au complet blanc/The man in the white suit de Alexander Mackendrick_1951
  • Racket/The racket de John Cromwell Nicholas Ray
_1951
  • Le train sifflera trois fois/High noon de Fred Zinnemann
_1952
  • Les aventures du capitaine Wyatt/Distant drums de Raoul Walsh_1951
  • Ivanhoé de Richard Thorpe_1952

La découverte tardive [mais ô combien plaisante]

Les nanars magnifiques

  • Le paradis des mauvais garçons/Macao de Josef von Sternberg et Nicholas Ray_1952
  • Anna de Alberto Lattuada
_1951

Les gros mélos des familles

  • Deux sous d’espoir/Due soldi di speranza de Renato Castellani_1952
  • Jeux interdits de René Clément_1951

À la rigueur

  • Marqué au fer/Branded de Rudolph Maté_1950
  • David et Bethsabée de Henry King_1951
  • Show Boat de George Sidney
_1951
  • Les diables de Guadalcanal/Flying leathernecks de Nicholas Ray_1951
  • Les conquérants de Carson City/Carson CIty de André De Toth_1952
  • Les belles de nuit de René Clair_1952
  • La fête à Henriette de Julien Duvivier
_1952
  • Fanfan la Tulipe de Christian-Jaque_1951

Parfaitement oubliables

  • Le petit monde de Don Camillo de Julien Duvivier
_1951
  • Adorables créatures de Christian-Jaque_1952
  • Les sept péchés capitaux de Eduardo De Filippo, Jean Dréville, Yves Allégret, Carlo Rim, Roberto Rossellini, Claude Autant-Lara et Georges Lacombe_1951
  • Mariage royal/Royal wedding de Stanley Donen
_1951

Non, merci

  • La table-aux-crevés de Henri Verneuil_1951
  • La minute de vérité de Jean Delannoy_1952
  • Coiffeur pour dames de Jean Boyer
_1952
  • Nous sommes tous des assassins de André Cayatte_1952

Pas vu et je le regrette car son titre fait rêver

  • Traité de bave et d’éternité d’Isidore Isou_1951

A l’année prochaine !

Si vous avez raté le début :

A suivre…

10 responses to Retour vers le futur : Les 35 de 1952

  1. Edouard says:

    Rhooo la la… c’est vraiment pas la joie en ce moment pour en arriver à oublier « Mariage royal » !

    • FredMJG says:

      C’est là que Fred danse avec un porte manteau ? oui c’est pas mal mais je préfère la veine plus mélancolique de sa fin de carrière. Genre.

  2. Lalalère says:

    Arf ….. j’ai au moins vu Un tramway avec c’te bombasse de Brando, ça sauve tout non ?

    • FredMJG says:

      Ça sauve un peu mais quand même ne me dis pas que tu n’as rien vu des 15 premiers ?! Alfred va en commencer un régime !

  3. Vincent says:

    Astaire, il me semble que tu avais déjà dit que tu n’en étais pas fofolle 🙂 Ceci dit le film, à part la danse au plafond n’est pas un de ses grands moments.
    Pour le reste, je dois dire que ça ressemble beaucoup plus à mon propre palmarès que la liste « officielle », notamment pour Ford, Chaplin et Fuller. Je suis donc ravi.
    Seul point que je retrouve chez mes estimés collègues, le rejet du cinéma populaire français de l’époque. j’ai montré « Les belles de nuit  » à ma fille, j’ai redécouvert le film avec plaisir (je suis sensible à Clair). et « Fanfan la Tulipe », franchement, je suis sûr que la plu^part d’entre vous l’a découvert enfant et a rêvé, soit à Gérard, soit aux attributs lolobrigidesques. et c’est une chose que je ne renierais pas.

    • FredMJG says:

      J’admets qu’il a une superbe technique le Fred mais bon, il n’a pas les fesses de Gene, et ça, c’est remarquablement rédhibitoire chez moi qui n’est, ne t’en déplaise, jamais été énamourée de Gérard Philippe, excepté chez Mr Ripois de Clément, voire même chez Vadim. En fait je n’aime pas les gentils garçons ^^ (sans compter qu’à Fanfan, j’ai préféré Cartouche)
      Mais oui, René Clair, tout ça, c’est total mon enfance (et à l’époque Martine Carol me faisait bien plus rigoler avec ses aventures nanardesques).

  4. Lalalère says:

    euh …. vagues souvenirs de L’inconnu (qu’Alfred se préserve), de Casque d’or et des Feux de la rampe. Mea culpa.

    • FredMJG says:

      Ah bin bravo ! Heureusement que tu es bonne au jeu du cache cache ^^

  5. Les 15 premiers écrasent tout sur leur passage, c’est vrai, surtout lorsque la deuxième lame des très bons films (dont certains auraient pu figurer dans la liste du dessus comme « la cible humaine », « the thing » et « le jour où… ») vient achever les derniers irréductibles. Je vais me faire l’avocat de Cayatte en sauvant quand même « nous sommes tous des assassins ». Film à thèse non sans efficacité qui tentait de d’ébranler le commerce de la bascule à charlot. Tout ça nous paraît bien loin aujourd’hui, heureusement.

    • FredMJG says:

      Hello !
      Je reconnais être parfois très très large dans mes choix, voire parfois injustes pour d’excellentes œuvres. C’est un peu le jeu et je reconnais n’avoir jamais été aussi vite pour pondre ce top.
      En ce qui concerne ce brave Cayatte, j’ai vu quasiment tous ses films à un âge fort tendre et me souviens m’être ennuyée à périr les 90% du temps. Ceci expliquant sans doute le fait que je le sabre désormais à la moindre occasion 🙂

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s