THE THIEF de Russell Rouse [L’Étrange Festival 2011]

Haute trahison.

Diable, qu’être espion doit être fichtrement ennuyeux ! C’est ce que l’on se prend à songer in petto lorsque pour la troisième fois consécutive on observe le fameux voleur du titre réitérer mécaniquement les mêmes actes dont nous avons déjà été témoins : attendre dans un appartement vide un hypothétique signal téléphonique, sortir, regarder par dessus son épaule, fixer son contact d’un regard vide, ramasser un papier jeté négligemment dans la rue, ouvrir le coffre d’un collègue (The thief dont s’agit est semble-t-il une sommité dans la physique nucléaire), y photographier des documents, jeter un œil aux alentours, aller à la bibliothèque publique de New York, lancer un regard torve à son rendez-vous, planquer le microfilm, risquer l’attaque cardiaque, puis sortir l’air de rien tandis que l’objet se met à vivre une aventure palpitante, passant de mains en mains jusqu’à sa destination finale, la classe touriste d’un cargo en partance pour l’Egypte. Et tout ceci, sans un mot, un soupir, voire un cri (ou presque).

Seule la musique d’Herschel Burke Gilbert (nominé pour un Oscar qui sera remporté par Dimitri Tiomkin pour Le train sifflera trois fois) rythme les événements, le suspense (ah! l’appareil oublié sur la table d’un scientifique qui, myope comme une taupe, revient impromptu chercher des lunettes oubliées) et l’existence solitaire de ce pauvre type — Nous sommes en pleine guerre froide où la paranoïa bat son plein — dont nous ignorerons jusqu’au bout le mobile. Espion dormant d’une puissance étrangère ? Victime d’un lavage de cerveau, d’un chantage ? Peu importe finalement au réalisateur qui abat consciencieusement ses cartes — dans une magnifique photographie signée Sam Leavitt — tout en respectant le cahier des charges du à tout film noir qui se respecte. Avec un truc en plus, pour se distinguer de la production ambiante et tenter de subjuguer le spectateur : aucune parole ne sera prononcée durant une heure et demie.

Mission réussie, quoique le procédé puisse parfois prêter à sourire, notamment dans une tentative de séduction de The girl — Rita Gam —, cuisses de velours et yeux de braise, qui entame avec notre héros désormais sur le qui-vive un tout aussi silencieux jeu du chat et de la souris.

La pilule aurait cependant été difficile à avaler sans la subtile interprétation de Ray Milland, solide second rôle à la beauté un poil déplaisante et au regard fatigué (l’alcoolique du Poison/The lost week-end de Billy Wilder, c’était lui ; le misérable époux de Grace Kelly dans Dial M for Murder d’Alfred Hitchcock, aussi) que sa pitoyable et routinière activité, mise brusquement à mal par un stupide accident de la circulation, enferre peu à peu dans un délire de la persécution.

Et l’on finit par se laisser hypnotiser par sa danse fatale qui nous laissera épuisés au 102ème étage de l’empire state building, après une course effrénée vers une impasse où notre espion atteint le point de non retour.

Sans effets de manche, ni climax insoutenable, Russell Rouse réussit le tour de force de nous hypnotiser lentement et ô grand surtout, de nous faire prendre faits et cause pour son (traitre de) héros, qui dès lors qu’il n’est plus invisible aux yeux des autres, voit sa raison d’être bouleversée.

Regrettons alors une fin des plus moralistes (réduisant brusquement le film à de la propagande anti-rouge), l’homme étant manifestement rattrapé par sa conscience. Dommage.

A NOTER. Projeté dans le cadre des pépites de l’étrange, The thiefbénéficie d’une deuxième diffusion à L’Etrange Festival en fin de soirée le mercredi 7 septembre.

© Harry Popkin Productions
© Harry Popkin Productions

The thief/L’espion de Russell Rouse_1952
avec Ray Milland, Martin Gabel, Harry Bronson, Rita Vale, Rex O’Malley et Rita Gam

20 responses to THE THIEF de Russell Rouse [L’Étrange Festival 2011]

    • FredMJG says:

      The artist de Michel Hazanavicius qui après être passé à Cannes sort à la mi octobre me semble-t-il. Mais bon, The thief date de 1952 et notre héros n’est pas censé être une star du muet ^^

  1. Antoine says:

    Bah, dis-moi, tu es solidement de retour. Bon, tout a changé, je suis complètement perdu mais ça m’a l’air très bien.
    A part ça, je n’ai pas vu le film en question mais Ray Milland est très bien aussi dans Espions sur la Tamise (de Fritz Lang, réalisateur que j’aime bien).

    • FredMJG says:

      Hello Antoine !
      Non, rêve pas ça ne va pas durer ^^
      Tout est simplissime ici c’est pourquoi ma feignasserie légendaire y a trouvé un bon terreau pour s’y épanouir sans problème.
      En ce qui concerne Ray, j’ignorais que tu aimais Lang (mouarf) mais bon l’as-tu vu dans La grande horloge ou dans Le dernier nabab à l’âge canonique de 70 ans et quelques ? en vieillissant il ne lui est plus resté qu’un air de mépris perpétuel.

  2. Antoine says:

    Bah, en tout cas, ici, on me reconnaît alors que, chez moi, mon adresse semble définitivement perdue (il faut que je me rappelle, à chaque fois, de mon prénom, mon adresse mail et mon blog, tu te rends compte !). Non, je n’ai pas vu Ray dans La Grande Horloge (film que d’ailleurs j’aimerais bien connaître), ni dans Le Dernier Nabab. Par contre, je trouve que dans Espions sur la Tamise, il a des faux-airs de James Stewart (ce qui, de fait, est plutôt le contraire vu leurs âges respectifs).

    • FredMJG says:

      C’est encore un coup de ton frère siamois !
      Ici, tu n’as pas à t’inquiéter, nous avons tes empreintes digitales et ta fiche numérique. Tu es classé sous l’étiquette « amoureux langien ». Tu reviens quand tu veux. ^^

  3. Antoine says:

    Un amoureux langien a forcément retenu qu’il est un meurtrier en puissance. Peut-être devrait-il éviter de laisser ses empreintes digitales (on dit aussi traces papillaires dans la police, sais-tu ? En tout cas, chez le policier érudit) partout.

  4. Vincent says:

    « cuisses de velours et yeux de braise » voilà qui donne furieusement envie… Russel rouse avait fait un western superbe avec Glenn Ford, « La première balle tue », que Cronenberg a pillé sans vergogne dans son « End of violence ». Un type estimable.

    • FredMJG says:

      Moi je pardonne tout à un type qui remplace Ford par Mortensen…

  5. Vincent says:

    Tss, ce que l’amour des beaux gosses fait faire aux femmes…
    Ce n’est pas moi qui m’enflammerait comme ça pour des cuisses de velours et des yeux de braise (hem…)

  6. Antoine says:

    CSI, je ne connais pas.
    Cela a l’air bien présenté comme ça les cuisses de velours et les yeux de braise (j’arrive pas à me décider pour savoir si cuisses de braise et yeux de velours aurait vraiment un sens ; je vais y réfléchir en allant me coucher).
    Qu’est-ce que tu as contre Glenn Ford ? C’est un acteur très estimable.

    • FredMJG says:

      Cher Antoine, tu es un coquin qui se prépare à une longue insomnie.
      Ford est estimable mais je l’ai toujours trouvé bien mou. Dans la vraie vie, Marvin n’en aurait fait qu’une bouchée, mais bon, vu que la Gloria l’a bien amoché, c’est Glenn qui l’emporte (y a jeu, devine donc un peu le titre du film dont je cause, ça ne devrait pas être bien difficile pour toi). Pffffft !

  7. Antoine says:

    J’ai pas trop mal dormi mais je continue à cogiter.
    Par contre, le film, il me semble que c’est Règlements de compte, non ?

    • FredMJG says:

      C’est parce que c’était dans le script. IRL, la Hayworth lui aurait collé la pâtée !

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Pingbacks & Trackbacks