Tristesse

101. Ronit Elkabetz [27/11/1964— 19/04/2016] Ronit Elkabetz — entre deux batailles juridiques ubuesques contre son mari de cinéma, Simon Abkarian, notamment dans Gett/Le procès de Viviane Amsalem co-réalisé avec son frère Shlomi — avait présidé le jury de la 54e Semaine de la critique en 2015. A lire, son interview dans Télérama. Et Ronit Elkabetz, par-delà les carcans par Anne Diatkine pour Libération. A suivre…Lire la suite

Retour vers le futur : Les 45 de 1986

1986 dans le viseur de Zoom Arrière. 88 films vus sur les 630 sorties répertoriées par Encyclo-ciné. Oui, j’avais promis l’an passé de me rattraper question cinéphagie mais honnêtement quand près de la moitié des « œuvres » verse dans la pornographie — même les titres finissent par tournoyer en rond —, on ne sait à quel sein se vouer.Lire la suite

Epic Tea Time [with Alan Rickman] de David Michelek

Anarchy in the UK. Dans la série, « 2016, l’année où il fait bon disparaître », c’est au tour d’Alan Rickman [pour mémoire, l’onctueux psychopathe Hans Gruber de Die Hard de John McTiernan_1988 bien sûr ou le mari bafoué de Close my eyes de Stephen Poliakoff_1991 et ce frappadingue de Shérif de Nottingham comme surgi d’un Tex Avery épileptique dans Robin Hood, prince of thieves de Kevin Reynolds_1991, mais surtout Jamie, le violoncelliste mort d’un rhume qui revient encombrer sa bien-aimée pour mieuxLire la suite