Oyez, oyez !

Rangez vos masques (nope !) et préparez-vous à tripailler gentes demoiselles disjonctées et beaux damoiseaux trépanés, puisque la 6e édition du Sadique-Master Festival se tient en vos taudis ce long week-end d’automne, qui sonne le glas des soirées-cinémas pour cause de vous savez quoi et surtout, à cause de vous savez qui et nous ne les nommerons pas ces sinistres individus, qui mettent en péril l’avenir des salles de cinéma, des festivals* et de celles et ceux qui en vivent, pour éviter de polluer cet espace dédié à la tolérance et au bon goût.

Oyez, oyez !

C’est sous haute surveillance et masquée* que la 26e édition de L’Étrange Festival — dédiée à Pierre Guyotat, Philippe Nahon et Genesis P-Orridge — prendra ses quartiers demain soir au Forum des Images  et ce, jusqu’au 13 septembre prochain.

Oyez, oyez !

L’Étrange Festival fête cette année un quart de siècle d’existence vautré dans la bizarrerie et le mauvais genre, en compagnie de siphonné(e)s de la meilleure eau. La XXVe édition* ne dérogera donc pas à ses vilaines habitudes et prendra ses quartiers au Forum des images dès le mercredi 4 septembre et ce, jusqu’au dimanche 15, soit une douzaine de jours emplis de folie furieuse et de sensations fortes.

Oyez, oyez, c’est la rentrée !

La XXIVe édition de L’Étrange Festival prendra ses quartiers au Forum des images dès le mercredi 5 septembre et ce, jusqu’au dimanche 16, soit 12 jours de sensations fortes et de curiosité renouvelée.

Oyez, oyez !

Rituel de rentrée oblige, L’Étrange Festival prend ses quartiers au Forum des Images du 3 au 13 septembre 2015, et histoire de ne guère perdre de singulières habitudes, le programme est particulièrement fourni cette année de films mortifères, curieux, surprenants et ô surprise, la Nuit de l’étrange revient pour le bonheur des noctambules amateurs de bizarreries en tous genres.

Brûler à Palerme. Il ne fait pas bon omettre d’écouter le parrain lorsqu’il vous donne un ordre. Tombé dans une embuscade aussi brutale qu’inattendue, Salvo — chauffeur et homme de main — au mépris des ordres et de sa propre sécurité cavale derrière un des tueurs qui a échappé au carnage et obtient le nom du commanditaire. Avant d’exécuter froidement, mais sans douleur et sans haine, le donneur.

Collection Forbidden Hollywood. Un peu d’histoire. Alors qu’à la fin des années 20 passe sur Hollywood un vent de folie furieuse et que trépassent allègrement starlettes et carrières prometteuses, un code de bonne conduite édicté par Will H. Hays est imposé aux patrons des studios, promettant de censurer tout ou partie de leurs films s’ils persistent à pervertir l’Amérique par la grâce de leurs créations libertines.

Tout sur la mère. Décidément, le couple Newman-Woodward a le vent en poupe. Un de leurs baisers (surpris sur le tournage de La fille à la casquette/A new kind of love de Melville Shavelson_1963) orne l’affiche de la 66e édition du Festival de Cannes 2013. Et après s’être offert une nouvelle jeunesse sur grand écran il y a deux ans, voilà que le 3e film* réalisé par Paul Newman et interprété par son épouse-actrice-muse Joanne Woodward (qui emporta à Cannes le prix d’interprétation féminine en 1973) est enfin édité en DVD.

Crise de foi. Sur Hollywood Boulevard, là où se côtoient le sacré et le profane, ne brillent que les étoiles inlassablement astiquées par un mutilé de guerre. Cet étrange monde s’étiole à l’ombre de la réussite insolente des stars de cinéma et il n’en est pas un qui n’y rêve encore à un avenir pimpant ou qui n’y joue pas, pour la gloire ou son propre salut, le rôle qu’il s’est patiemment forgé.

Razzia sur la chnouf. Second épisode* des aventures d’Ocho, la joueuse/bretteuse/voleuse de haut vol toujours incarnée par Reiko Ike, Female yakuza tale: Torture & Inquisition a été réalisé dans la foulée de Sex & Fury sous la houlette d’un autre réalisateur, Teruo Ishii, autrement plus frappadingue que son auguste collègue, Noribumi Suzuki.