La leçon de cinéma. Cette leçon commence par un jeu. Celui que Pascal Vimenet, réalisateur, critique, spécialiste du cinéma d’animation et coordinateur de l’ouvrage collectif Švankmajer E & J Bouche à bouche, a instauré après une rapide introduction sur ses rencontres avec Jan Švankmajer. Soit, présenter une série de photogrammes au réalisateur, puis le laisser s’exprimer au gré de ses envies et de ses souvenirs.

En attendant Švankmajer. Les Frères Quay ont fait gigoter un couple de poulets plumés tandis qu’un Peter Gabriel hilare se déhanchait en stop motion pour le clip Sledghammer_1986 et sont notamment — entre deux films d’animation* — les réalisateurs du long métrage L’Accordeur de tremblements de terre/The piano tuner of earthquakes, adaptation fort libre de L’invention de Morel d’Adolfo Bioy Casares.

Sciences et sexe. Après le succès remporté par Green porno, Isabella Rossellini — toujours aussi obsédée par les coutumes sexuelles des petites bébêtes — a entrepris l’écriture et la réalisation d’une nouvelle série scientifique intitulée Seduce me, consacrée aux rituels de séduction et accouplements de bestioles aussi diverses que la punaise de lit, le canard ou la seiche.

Panorama. Carte blanche — fort éclectique — a été offerte vendredi soir par le  Forum des Halles à Sacrebleu Productions (société spécialisée dans le court, l’animation et le documentaire) qui a vu son travail récompensé en 2010, et par la palme d’or du court-métrage décernée en mai à Serge Avédikian pour Chienne d’histoire, et par le Prix Procirep du meilleur producteur au festival de Clermont-Ferrand.

Déviances. Les festivités ont donc débuté pour moi vendredi en fin de soirée avec Bedevilled de Jang Cheol-Soo_2010 et se sont poursuivies hier en compagnie du toujours inénarrable Alejandro Jodorowski exposant son décryptage psycho-chakra-sexuel du Magicien d’Oz/The wizard of Oz de Victor Fleming_1939 ; le clou du spectacle ayant été atteint lorsque le bonhomme se fourvoya sur le film présenté, soit Larmes de clown de Victor Sjöström en lieu et place de The unknown, chef d’œuvre du duo Browning-Chaney et référence implicite de Santa Sangre_1989.

Kitano en format court. Dans son Kitano par Kitano, le réalisateur ne cache pas sa joie* d’avoir été choisi pour participer à Chacun son cinéma ou Ce petit coup au cœur quand la lumière s’éteint et que le film commence, film collectif de commande pour les 60 ans du Festival de Cannes, aux côtés d’une trentaine de réalisateurs internationaux dont il énonce fièrement les noms.