Oubliez tout ce que l’on vous a dit sur Le guépard : le pessimisme du roman de Lampedusa, la corruption d’une aristocratie qui se meurt mais ne se rend pas, la maniaquerie de Luchino Visconti, l’étourdissante scène de bal, la jeunesse de Tancrède ou la beauté de la Cardinale, pour ne plus vous attacher qu’au dernier sursaut de l’animal blessé, vestige d’une époque à jamais balayée par le souffle de l’histoire et du progrès.