Oyez, oyez !

Si certains festivals de cinéma ont été purement et simplement annulés, comme celui de Télérama qui reprend chaque début d’année une sélection de films Art et Essai ou le Festival International du Film Policier de Beaune*, et d’autres reportés comme le Festival 2 Cinéma de Valenciennes qui se tiendra en septembre, sans oublier Berlin et Cannes qui tentent de s’adapter, l’équipe de Gérardmer a décidé de proposer une édition entièrement virtuelle**, pour le plus grand plaisir de celles et ceux qui n’ont jamais pu auparavant se rendre sur place.

Oyez, oyez !

Au vu des événements de cette année maudite pour le cinéma et autres compagnes/gnons de la culture, la 12e édition des Arcs Film Festival s’échappe hors piste et propose à partir du 12 décembre et pour une durée exceptionnelle* une superbe programmation en ligne** (avec une possibilité d’achat à la séance ou l’acquisition d’un pass*** ici), soit près de 80 œuvres européennes longues et courtes, souvent accompagnées de Q&A avec l’équipe.

Oyez, oyez !

Aux fins de célébrer malgré tout sa 42e édition « empêchée », le Festival des 3 Continents à Nantes propose aux spectateurs français, dès ce soir et ce, jusqu’au 29 novembre, de voir ou revoir gracieusement quelques œuvres* projetées lors de ses éditions précédentes, à raison d’un film par soir et deux par week-end. A ce programme, s’ajoutent deux séances spéciales issues de l’édition 2020.

Oyez, oyez !

Rangez vos masques (nope !) et préparez-vous à tripailler gentes demoiselles disjonctées et beaux damoiseaux trépanés, puisque la 6e édition du Sadique-Master Festival se tient en vos taudis ce long week-end d’automne, qui sonne le glas des soirées-cinémas pour cause de vous savez quoi et surtout, à cause de vous savez qui et nous ne les nommerons pas ces sinistres individus, qui mettent en péril l’avenir des salles de cinéma, des festivals* et de celles et ceux qui en vivent, pour éviter de polluer cet espace dédié à la tolérance et au bon goût.

Pluie d’étoiles sur la 14e édition du FFCP. Une semaine recentrée sur les femmes qui passe comme un rêve éveillé et qui s’achève en une cruelle aventure enfantine. Épuisée mais comblée,  la foule qui se précipite chaque année au festival rempilera sans coup férir l’année prochaine pour en fêter la 15e édition.

Oyez ! Oyez !

Jamais deux sans trois ! Pour ne pas faire mentir l’adage, je serai donc de retour, du 15 au 21 octobre prochains, au Festival International du Film Indépendant de Bordeaux qui fête sa 8e année d’existence sous le regard de Garance Marillier, filmée par Virgil Vernier, lauréat en 2018 du Prix du Long Métrage français pour Sophia Antipolis.

Oyez ! Oyez !

Projetés dans près de 80 villes et 20 pays quasi-simultanément, le TCIFF et ses Très Courts métrages — 4 minutes max’ — investissent ce week-end le Forum des Images en deux compétitions avec 6 prix* décernés et trois sélections thématiques.

An 2019 made in zombie. Voici manifestement venu le temps d’un déferlement de mort-vivants* sur la Croisette si l’on en croit la programmation du Festival de Cannes, qui ouvrira les hostilités avec The Dead don’t die de Jim Jarmusch flanqué de ses éternels complices, Bill Murray & Tilda Swinton, entre autres, tandis que le Zombi child de Bertrand Bonello a été sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs où Paolo Moretti a succédé à Edouard Wintrop.

Oyez ! Oyez !

Après le Filmosa Festival, voici venir à la Cinémathèque Française, dès ce soir, mercredi 17 avril et ce, jusqu’au 2 mai prochain, une petite mais costaude rétrospective sur les Taïwan Black Movies, nés dans les années 60, transgressifs, voire totalement maboules et souvent féroces, témoins d’une certaine violence sociale et qui mettent en scène des laissés pour compte, des gangsters, et des damoiselles aussi affriolantes que létales.

Oyez ! Oyez !

Après les Taipei stories projetées lors de la 40e édition du Festival des 3Continents, et avant une rétrospective sur Le cinéma de (mauvais) genre taïwanais à la Cinémathèque du 17 avril au 2 mai prochains, Taïwan s’invite dès ce soir à la Filmothèque du Quartier Latin qui accueille la seconde édition du Filmosa* Festival, créé en vue de faire découvrir au public français la culture taïwanaise.

¡Hola! C’est dès cet après-midi que débute au Forum des Images un cycle (touffu et empli de trésors invisibles sur grand écran) consacré au fantastique espagnol et c’est à une œuvre rare et vénéneuse signée Narciso Ibánẽz Serrador, La résidence, que revient l’honneur de faire l’ouverture.

Oyez ! Oyez !

Après une année sans, le blog se rendra à nouveau au Festival International du Film Indépendant de Bordeaux qui fête sa 7e édition du 9 au 15 octobre prochains, sous les fulgurants auspices de Bertrand Mandico  — Grand prix du Jury & Prix Erasmus 2017 pour Les garçons sauvages — qui signe la bande-annonce.

Oyez ! Oyez !

Seconde édition pour la taulière mais 17e année pour le festival, le Neuchâtel International Fantastic Film Festival 2017 entame une semaine folle en ouvrant demain avec Interstellar Riot de Robert Sandoz pour s’achever le 8 juillet sur la projection de Baby Driver de Edgar Wright, en avant-première (pour mémoire, le film sort sur les écrans de France et de Navarre le 19 juillet prochain).