Anarchy in the UK. Dans la série, « 2016, l’année où il fait bon disparaître », c’est au tour d’Alan Rickman [pour mémoire, l’onctueux psychopathe Hans Gruber de Die Hard de John McTiernan_1988 bien sûr ou le mari bafoué de Close my eyes de Stephen Poliakoff_1991 et ce frappadingue de Shérif de Nottingham comme surgi d’un Tex Avery épileptique dans Robin Hood, prince of thieves de Kevin Reynolds_1991, mais surtout Jamie, le violoncelliste mort d’un rhume qui revient encombrer sa bien-aimée pour mieux l’aider à refaire sa vie dans le sublime Truly, madly, deeply de Anthony Minghella_1990.

I took a lot of my anger that had been stored inside of me for many years and let it loose. I helped to create the character Varla and helped to make her someone that many women would love to be like.

Tura Satana [10/06/35-4/02/11]

Source : imdb

Peter Yates [24/07/29-9/01/11]

Malheureusement pour Peter Yates, Bullitt_1968 aura principalement œuvré pour la construction du mythe de la coolitude faite homme d’un certain Steve McQueen et ce, pour de fort mauvaises raisons qui n’ont que peu à voir avec son intransigeance en matière de corruption de hauts fonctionnaires… Il n’y a qu’à contempler désormais cette légendairee rebelle attitude métamorphosée en porte-étendard de marques de luxe.

[...] C‘était un moment favorable pour l’Italie. Et nos comédies assumaient ce ton “il faut faire attention à l’image que l’on donne de nous”. Maintenant l’image que nous donnons de nous est telle qu’elle ne peut même plus être rachetée.

Mario Monicelli [15/05/15-29/11/10]

(Source : Euronews)

Après avoir dirigé en 1952 Marilyn Monroe dans un de ses rares rôles dramatiques (Troublez moi ce soir/Don’t bother to knock) et réalisé en Espagne en 1961 l’inénarrable western gay The singer not the song, Roy Ward Baker* rentra à Londres œuvrer sur quelques psychédéliques séries télévisées, The avengers/Chapeau melon et bottes de cuir, Département S ou Jason King entre autres.

La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence. L'intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n'en a pas.

Je me suis mis à aimer le cinéma quand je me suis aperçu qu'il pouvait exprimer des sentiments ambigus.

Eric Rohmer [21/03/20-11/01/10]

Source : Histoire(s) de films français de Jean-Luc Douin et Daniel Couty