[Rétrospective 2017] L’année cinématographique étoilée de janvier à mars — avec Cinélatino

Pluie d’étoiles sur 2017. Part I

Comme indiqué lors du Top Cinéma 2017 qui distingue une vingtaine de films, Encyclo-ciné répertorie 892 pelloches distribuées dans l’année*.

Les DVD/BR ou la VOD ne sont pas répertoriés ici, rien que l’idée me fait défaillir. Vous trouverez ci-après et en 4 parties, en sus des films vus dans quelques festivals — moins que l’année passée et les 9/10e non étoilés à l’époque (ah bin bravo !) —, 186 films notés. Parfois avec largesse, mais aussi souvent un peu méchamment lorsqu’il y a eu une vraie déception. Devenue adepte convaincue du binge watching de séries, sans oublier un affolant rappel de lectures, c’est bien moins (224) que l’année passée.

A noter que le tableau de 2016 n’a pas été mis à jour. Nous verrons cela lorsque le taulier de Zoom Arrière nous demandera de revoir notre copie.

Laura Palmer/Sheryl Lee dans Twin Peaks, Fire Walk With Me de David Lynch © Potemkine Films
L’agent Dale Cooper/Kyle MacLachlan en pleine confusion dans la saison 3 de Twin Peaks de David Lynch © Showtime Networks

On l’espérait Grave, elle fut étrange cette année cinéma. Des déceptions, des surprises, des nouveaux/elles venu(e)s dont on attend beaucoup ; parfois des confirmations, mais peu. Les séries se taillèrent la part du lion, notamment grâce à un certain David Lynch, bien décidé à venir nous coller un coup d’vieux en tenant la promesse faite par Laura Palmer dans Fire walk with me dont la version restaurée est sortie fin mai. Ce ne fut pas triste. Tant même que beaucoup ont décidé que ce retour méritait la première place des tops cinéma. Hormis ce gredin de Lynch, le vrai feuilleton ne fut pas sur celluloid, mais tient encore aujourd’hui en haleine tout Hollywood (chez nous, il ne se passe jamais rien). Patience et longueur de temps…

Sur ce blog, nous ne parlerons que de cinéma. De fantaisie. De fantasmes. De transgressions. D’irréalisme. Le triste héros du feuilleton le plus suivi de 2017 ne sera donc pas nommé ici. Parce qu’il ne le mérite pas. Seul(e)s méritent d’apparaître celles et ceux qui nous font rêver, pleurer, rire, trembler, sangloter, fantasmer. Et notre intérêt et notre compassion vont à celles et ceux qui ont été blessé(e)s.

Moins de films vus et de festivals visités**, certes, mais 2017 fut l’occasion de jolies rencontres, celle notamment d’Aglaé Von Stockfish, taulière de Et pour quelques fariboles de plus aux côtés de quelques matois matous (histoire de compenser l’absence des miens) lors du Cinélatino en mars, sur le pouce et impromptue en septembre avec ce bon Dr Orlof venu à Paris présenter son livre La Brigandine – Les dessous d’une collection en compagnie d’Edouard Sivière, taulier entre autres de Zoom Arrière et auteur de L’esprit Positif. Ce fut alors l’occasion de prendre une citronnade avec deux journalistes de cette auguste revue, Adrien Gombeaud, auteur du court mais excellent essai 30 secondes en Arizona et Fabien Baumann. Grâce à ce stakhanoviste de Vincent Jourdan, taulier d’Inisfree et grand amoureux du super 8, je revoyais en décembre les deux anciens piliers de Kinok, site de critiques aujourd’hui disparu, puisque nous étions conviés avec Joachim Lepastier, journaliste aux Cahiers, aux Rencontres Cinéma & Vidéo à Nice. Madame Stelle Lapin, alias Cerveau droit était également de la fiesta.

Et tout cela fait d’excellents souvenirs…

Que 2018 soit une belle et bonne année cinématographique pour vous tou(te)s, occasionnel(le)s, cinéphiles ou cinéphages !

* Enfin, un voeu pieux. Peut-on espérer pour les années qui viennent, bien que la concurrence soit rude et que l’on ne sache plus quoi inventer pour qu’un film rencontre le public, que le travail des graphistes soit respecté et que l’on cesse de dithyramber sur l’affiche en se paluchant avec les « bonnes critiques » ? Cette manie devient aussi dangereusement rédhibitoire que les bande-annonces à rallonge qui nous refilent la sournoise sensation d’avoir déjà vu le bousin qu’on essaie de nous vendre. Le Grand Prix de l’Affiche la plus mochtronne de 2017 revient sans contexte à A Beautiful Day de Lynne Ramsay, ainsi que la baseline la plus tartignolle et l’adaptation de titre la plus grotesque. N’en jetons plus. Joaquin Phoenix y est férocement drôle. C’est déjà ça.
** Injonction à moi-même : Ne jamais plus me rendre à quelques agapes festivalières — fussent-elles sises à Neûchatel — en compagnie d’une entorse née la veille, merci.

A noter que les galeries d’affiches s’ouvrant dans un ordre aléatoire, la taille de l’image ne correspond donc en aucun cas à l’intérêt que peut susciter le film.

Système de notation.  ***** > Top of the mop ; **** > Toutes affaires cessantes ; *** > Assurément ; ** > Plutôt ; * > A la rigueur ; ° > Pas la peine.

*****

Janvier 2017

Nocturnal Animals de Tom Ford *
Quelques minutes après minuit/ A Monster Calls de Juan Antonio Bayona **
Neruda de Pablo Larraín (1) ****
Le Parc de Damien Manivel ***
Tiempo de morir de Arturo Ripstein [Version restaurée] ****
Ouvert La Nuit de Edouard Baer (2) *
Harmonium/Fuchi ni tatsu de Kôji Fukada ***
Born To Be Blue de Robert Budreau ***
The Fits de Anna Rose Holmer *****
Le Grondement de la montagne/Yama no oto de Mikio Naruse [Version restaurée] ****
Live By Night de Ben Affleck  °
Fleur de Tonnerre de Stéphanie Pillonca-Kervern *
Belle dormant de Ado Arrietta  **
Where Horses Go To Die de Antony Hickling (3)  ***
La La Land de Damien Chazelle  **

(1) Projeté lors de la reprise de la Quinzaine des Réalisateurs 2016
(2) Projeté en ouverture de la 5e édition du FIFIB
(3) Sélectionné en théma Mondovision à la XXIIe édition de L’Étrange Festival

*****

Février 2017

Moonlight de Barry Jenkins ***
Jackie de Pablo Larraín ***
Un jour dans la vie de Billy Lynn/Billy Lynn’s Long Halftime Walk de Ang Lee *****
Gimme Danger de Jim Jarmusch *
Yourself and Yours/Dangsinjasingwa Dangsinui Geot de Sang-soo Hong ****
La Femme qui est partie/Ang Babaeng Humayo de Lav Diaz *****
Silence de Martin Scorsese ****
American Honey de Andrea Arnold *****
Brothers of the night/Brüder der Nacht de Patric Chiha ***
A Cure for Life/A Cure For Wellness de Gore Verbinski **
Loving de Jeff Nichols ***
Dans la forêt de Gilles Marchand ***
David Lynch: The Art Life de Jon Nguyen, Rick Barnes XVII & Olivia Neergaard-Holm (1) ****
Split de M. Night Shyamalan ***
John Wick 2/John Wick: Chapter Two de Chad Stahelski **
Les Derniers Parisiens de Hamé Bourokba & Ekoué Labitey ***
Certaines Femmes/Certain women de Kelly Reichardt ***
Madame B. Histoire d’une Nord-Coréenne de Jero Yun (2) *****

(1) Projeté en avant-première à la 6e édition du PIFFF
(2) Projeté en avant-première à la 11e édition du FFCP

*****

Mars 2017

Logan de James Mangold ***
A ceux qui nous ont offensés/Trespass Against Us de Adam Smith II *
Kong: Skull Island de Jordan Vogt-Roberts *
Miss Sloane de John Madden *
Traque à Boston/Patriots Day de Peter Berg **
Le Secret de la chambre noire de Kiyoshi Kurosawa ***
Paris pieds nus de Fiona Gordon & Dominique Abel *
The Lost City of Z de James Gray **
Grave de Julia Ducournau (1) ****
L’autre côté de l’espoir/Toivon tuolla puolen de Aki Kaurismäki *****
Mate-me Por Favor de Anita Rocha da Silveira *****
Brimstone de Martin Koolhoven *
London House/The Ones Below de David Farr *
Fiore de Claudio Giovannesi (2) **
Ghost In The Shell de Rupert Sanders *
Orpheline de Arnaud des Pallières (3) **
Utu de Geoff Murphy [Version restaurée] ***

(1) Sélectionné en théma Nouveaux talents à la XXIIe édition de L‘Etrange Festival et Œil d’or de la 6e édition du PIFFF
(2) Projeté lors de la reprise de la Quinzaine des Réalisateurs 2016
(3)
Film de clôture de la 5e édition du FIFIB

© FredMJG/Cinelatino

+ Les films de la 29e édition de Cinélatino

Ouverture & clôture

Une vie ailleurs de Olivier Peyon (1) °
Kóblic de Sebastian Borensztein (2) *

Compétition

Carpinteros/Piverts de José María Cabral ***
Le Christ aveugle/El Cristo Ciego de Christopher Murray (3) ***
Erao hotel Cambridge/C’était l’hôtel Cambridge de Eliane Caffé ***
Hermia y Helena/Hermia et Helena de Matías Piñero **
Jesús de Fernando Guzzoni ****
Jazmin et Toussaint/La caja vacía de Claudia Sainte-Luce (4) **
Los nadie/Les anonymes de Juan Sebastián Mesa (5) ****
Mala junta/Mauvaise influence de Claudia Huaiquimilla *****
Não devore meu curação ! /N’avale pas mon coeur ! de Felipe Bragança_2017 ****
Pariente/parent de Iván Gaona **
Rey, l’histoire du Français qui voulait devenir Roi de Patagonie de Niles Atallah (6) ****
Santa y Andrés/Santa et Andrés de Carlos Lechuga **

Documentaires

Baño de vida/Bain de vie de Dalia Reyes ****
El pacto de Adriana/Le pacte d’Adriana de Lissette Orozco ****
Histórias que nosso cinema (não) contava/Des histoires que notre cinéma (ne) racontait de Fernanda Pessoa ***
Jericó, el infinito vuelo de los días/Jericó, le vol infini des jours de Catalina Mesa *****
Sexo, pregações e politica/Sexe, prêches et politique de Aude Chevalier-Beaumel & Michael Gimenez ***

Découvertes Fiction

El amparo/La protection de Rober Calzadilla ***
El invierno/L’hiver de Emiliano Torres ****
El sueño del mara’akame/Le rêve du mara’akame de Federico Cecchetti ***
X-Quinientos de Juan Andrés Arango ****

Découvertes Documentaire

Anuktatop, la métamorphose de Nicolas Pradal & Pierre Selvini ***
Chicago boys de Carola Fuentes & Rafael Valdeavellano ***
En un rincón del alma/Dans un coin de l’âme de Jorge Dalton ***
Etiqueta no rigurosa/Etiquette pas sérieuse de Cristina Herrera Bórquez ****
Pizarro de Simón Hernández ***
Ríos de la patria grande de Juan Joaquín Polo ****

Les classiques

Mémoires du sous-développement/Memorias del subdesarrollo de Tomás Gutiérrez Alea *****

Otra mirada

Gasolina/Essence de Julio Hernández Cordón *****
Hasta el sol tiene manchas/Même le soleil a des taches de Julio Hernández Cordón
***
Polvo/Poussière de Julio Hernández Cordón ****
Atrás hay relámpagos/Derrière, la foudre de Julio Hernández Cordón  ****

Caliwood : hier, aujourd’hui, demain

Calicalabozo de Jorge Navas ***
Agarrando pueblo/Les vampires du peuple de Luis Ospina & Carlos Mayolo ****
Angelita y Miguel Angel de Andrés Caicedo & Carlos Mayolo **
Angelitos empantanados (Historias para jovencitos)/Angelots enlisés (Histoires pour les jeunes) de Andrés Caicedo & La Rata ***

Focus Emergence

Inside/La cara oculta de Andrés Baiz ***

(1) Sortie nationale le 22 mars 2017
(2) Sortie nationale le 5 juillet 2017
(3) Sortie nationale le 10 mai 2017
(4) Sortie nationale le 29 mars 2017
(5) Sortie nationale le 6 décembre 2017
(6) Sortie nationale le 29 novembre 2017

*****

Photo de couverture : Royalty Hightower dans The Fits de Anna Rose Holmer © ARP Sélection

A suivre.

4 responses to [Rétrospective 2017] L’année cinématographique étoilée de janvier à mars — avec Cinélatino

    • FredMJG says:

      Le jeu consiste à coller 5 ***** aux films du top et s’il m’en souvient bien, tu n’en avais pas vu beaucoup. Il faut surveiller les sorties en DVD ou VOD

  1. ornelune says:

    Je suis impressionné par la liste des festivals fréquentés aux quatre coins de la France !

    • FredMJG says:

      Oh j’en connais qui ne vivent qu’en festivals. J’aimerais bien mais bon… je suis de temps en temps obligée de rentrer à Paris vu que mes deux matous me rappellent que j’ai une vie, aussi 🙂

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s