BELLAMY de Claude Chabrol

Bel ennui.

Le cinéma de Claude Chabrol n’est jamais aussi bon que lorsque le réalisateur décide d’être cruel avec ses personnages.

Las, avec Bellamy, rôle taillé sur mesure pour Gérard Depardieu à qui il prête certains traits de leurs caractères respectifs (l’amour de la bonne bouffe, des vignobles, des dames… et l’horreur des voyages), le pourfendeur de la bourgeoisie provinciale s’est sacrément adouci (du moins en apparence, son film étrange s’achevant dans une noirceur des plus misanthropes…) et finit par ennuyer* avec une mise en scène poussive, à l’image de son commissaire aux neurones ralentis par la lumière trop crue du soleil nîmois et un physique somme toute aux proportions effarantes…

Le cœur n’a plus l’air d’y être et l’on se fiche comme d’une guigne (et Chabrol aussi sans doute aucun) de savoir qui a tué quoi et pour qui dans cette invraisemblable histoire d’arnaque à l’assurance. Certes, ce diable d’homme filme avec tendresse l’extravagante carcasse de Gérard Depardieu (bien loin de son interprétation en roue libre dans Diamant 13 de Gilles Béhat. Manifestement, le Gégé est content d’être là, c’est déjà ça !) et réussit à nous faire aimer son personnage, gros matou priapique, jaloux et égoïste. Ce n’est pas le moindre de ses talents… Par contre, on a parfois la sensation que le film a été tourné durant la digestion de l’équipe tant le rythme est mou, sans atteindre toutefois le mystère et la perversité qui transparaissent dans le jeu de Bruno Cremer, monumental commissaire Maigret télévisuel auquel le film rend indirectement hommage (le film est dédié à deux Georges, Brassens et Simenon).

Tout occupé à cadrer sa grosse bête envahissante, le réalisateur en oublie les comparses… et si l’acteur, plein de délicatesse, offre l’opportunité de briller à ses imposants côtés à l’exquis casting féminin, il n’en est pas de même pour les garçons qu’il étouffe allègrement. Clovis Cornillac, tout en aigreur avinée, essaie vainement d’exister face au facétieux couple Bunel/Depardieu et Jacques Gamblin (dans un triple rôle, quelle folie !) se perd sous ses masques divers et sombre dans l’hystérie et le parlé faux.

Les dames donc, comme toujours chez Claude Chabrol, s’en sortent finalement beaucoup mieux, à des degrés divers. Les deux Marie, Bunel et Matheron, nous offrent chacune une partition sans faute. Vahina Giocante, superbe, tente de renouveler son personnage de tentatrice mais se fait allègrement voler la vedette par une Adrienne Pauly, acide et excentrique (dans le rôle de Claire Bonheur… comment rater une interprétation avec un patronyme pareil !).

Ajoutons à cela une scène de plaidoirie qui vire à l’absurde (Rodolphe Pauly n’y pousse-t-il pas la chansonnette pour faire acquitter son client et accessoirement assassiner Brassens ?) et l’on regrette que Claude Chabrol, pépère entouré de sa petite famille**, nous ait refilé un de ses films de vacances réalisés sans trop d’efforts.

* Certains spectateurs se sont d’ailleurs laissés aller à une douce torpeur un tantinet bruyante, la faute sans doute aux fauteuils moelleux du Gaumont Opéra…
** Comme à son habitude, il a confié le sort musical de son dernier opus à son fils aîné Matthieu, le cadet, Thomas, fait une apparition éclair et — pince-sans-rire — crache sur la Star Ac’. De plus, la scénariste et dialoguiste Odile Barski est incidemment la maman des petits Pauly… N’en jetez plus !

PS. Les inconditionnels peuvent retrouver le Chabrol des grands jours dans une série d’interviews orchestrées par AlloCiné : Claude Chabrol juge ses 50 ans de cinéma !

© TFM Distribution
© TFM Distribution

Bellamy de Claude Chabrol_2009
avec Gérard Depardieu, Clovis Cornillac, Jacques Gamblin, Marie Bunel, Vahina Giocante, Marie Matheron, Adrienne Pauly, Maxence Aubenas, Yves Verhoeven et Rodolphe Pauly

8 responses to BELLAMY de Claude Chabrol

  1. FredMJG says:

    ToRob : Salut à toi qui a toujours raison donc je ne vais certes pas te contredire… Pour les héritiers Pauly, merci à AlloCiné, notre bible à tous ou presque (j’aurais plutot tendance à jurer sur IMDb). Accessoirement, tu me fais penser que j’ai un peu négligé mes blogs préférés ces derniers temps… Oups ! Je reprends lecture et commentaires dès potron minet.

  2. vierasouto says:

    Il me semble avoir vu aussi la femme de Chabrol au générique, et, en effet, ça fait film familial, la tribu s’amuse et pas nous… Jacques Gamblin est faux, je l’ai remarqué aussi, c’est la première fois!!! Magimel, également excellent partout, n’est faux que chez Chabrol, étonnant… @+

  3. FredMJG says:

    ToVierasouto : Mais voui, Madame Aurore est scripte et Cécile Maistre (donc fifille d’icelle et belle-fille de l’autre) est assistante réalisatrice… Pour être toujours content de soi, une seule solution, vive le népotisme !!!Ceci mis à part, sauve qui peut, j’ai lu que le Claudio et le Gégé étaient tellement ravis d’avoir travaillé (hein ? euh…) ensemble qu’ils s’apprêtaient à remettre le couvert dès que possible… Chouette, on va pouvoir faire des économies sur le Lexomyl !PS. Pour Magimel, il est « bizarre » chez Barbet Schroeder, il est bon de le noter…

  4. kilucru says:

    Oui, c’est sidérant à quel point Gamblin tourne à vide, mais bon lui faire endosser cette panoplie débile n’était pas un cadeau !Bon de toute façon Marie Bunel,Gérard Depardieu et Clovis Cornillac suffisent au script. cela pourait se jouer sur scène.ou dans les arènes de Nimes !J’ai trouvé Cornillac plutôt bon, il ne « mache » pas ses mots pour une fois ;

  5. FredMJG says:

    ToKilucru : Hello ! Bon, allez, un bon mouvement vers le Clovis qui essaie d’exister face à l’ogre… il fait de gros efforts pour ne pas démériter et c’est vrai qu’il n’est pas non plus très bien « servi ». En fait il n’y en a que pour Gégé et les femelles autour… Sacré Chabrol !

  6. dasola says:

    Bonjour, ce Bellamy a été une vraie déception en ce qui me concerne. Marie Bunel est superbement filmée. Cornillace et Gamblin sont à côté de la plaque car leur rôle n’ont aucun intérêt et pas très crédible. C’est dommage. J’espère retrouver Chabrol dans une meilleure réalisation. Bonne journée.

  7. FredMJG says:

    ToDasola : Bien le bonsoir Dasola et bienvenue sur cet humble blog que je n’ai que trop négligé ces temps derniers… Croisons effectivement les doigts pour que les deux compères nous offrent un nouveau film aussi bonnard que leurs gueuletons !
    Je m’en vais illico te rendre une petite visite. A très bientôt.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s