UNDERWORLD 3 : LE SOULÈVEMENT DES LYCANS de Patrick Tatopoulos

Underworld 3 : le soulèvement des Lycans/Underworld : Rise of the Lycans de Patrick Tatopoulos © SND

Chiens galeux. Le soulèvement des Lycans est le troisième chapitre de la saga Underworld mais précèdent, dans l’histoire, les deux opus signés Len Wiseman…

Nonobstant, si nous faisions connaissance de Sélène (la croquignolette Kate Beckinsale revêtue de latex, look total dominatrice), redoutable guerrière vampire et de ses charmants complices dans le premier épisode (2003), la trahison de son clan par la perfide qui se permettait au cours du film de tomber raide dingue d’un blondinet fadasse (Scott Speedman, aussi tartignolle qu’à l’ordinaire*) donna lieu à un second long-métrage, Underworld 2 Evolution_2006 toujours réalisé par Wiseman (époux de la jolie dame) où vampires et lycanthropes se lançaient comme un seul homme à la poursuite du couple maudit accusé de vouloir abâtardir leurs races.

Au cours de sa crise d’adolescence, la belliqueuse et ingrate Sélène apprenait à ses dépens l’histoire de sa « famille » par la grâce d’un flashback moyenâgeux sis en terres vampiriques, qui tentait d’expliquer en moins d’un quart d’heure les us, coutumes, crimes et châtiments préexistant aux rapports haineux qu’entretenaient désormais les deux personnages principaux : Viktor, le plus ancien des vampires et Lucian, lycanthrope dans le civil. Au final, le leader des loups-garous n’avait eu que le tort de se permettre quelques privautés sur la fille du suceur de sang sans que la damoiselle n’y trouve à redire… au grand dam du papa outré !

Pour ceux qui avaient raté le début ou n’avaient pas tout compris, une escouade de producteurs (pas moins de dix, dont Kevin Grevioux, également scénariste et acteur**) ont estimé nécessaire d’étirer en une heure et demie une malheureuse chronique tenant sur un médaillon et ont offert la réalisation au responsable des effets spéciaux et créateur des fameux Lycans, Patrick Tatopoulos qui, s’il n’est pas manchot question décoration (Se détachent notamment sur son CV Dark City d’Alex Proyas _1998, Pitch Black de David Twohy_2000 ou Silent Hill de Christophe Gans_2006) a encore des progrès à faire en matière de direction d’acteurs…

Place donc au conflit originel où s’affrontèrent canines aiguisées et chiens enragés. Qui pourra peut-être intéresser tous ceux qui ne connaissent pas la saga… Car les autres en seront quelque peu pour leurs frais question suspense et nouveauté puisqu’ils savent déjà pertinemment que ce malfaisant de Viktor, écœuré par leur union contre-nature, n’a pas hésité à condamner sa propre fille à être brulée vive par la lumière du jour sous les yeux de son amoureux velu…

Certes, les décors sont magnifiques (le film a été réalisé en Nouvelle Zélande et le directeur artistique, Dan Hennah, a fait ses classes avec Peter Jackson), les responsables des effets digitaux et marionnettistes de tous poils s’en sont certainement donnés à cœur joie à animer toutes les bestioles hystériques qui passent leur temps à festoyer de tendres chairs mais le spectateur s’ennuie ferme… Il n’y a guère de souffle épique dans ce soulèvement d’esclaves (et oui ! Lucian n’est pas un animal, Lucian est un lycan libre et entend le faire savoir à ses maîtres, dut-il croquer du vampire jusqu’à la fin de ses jours…) et le couple d’amants Lucian/Sonja — interprété par un Michael Sheen*** chevelu et une Rona Mithra impavide — est aussi charismatique qu’une armée d’endives.

Le grand gagnant reste encore et toujours cette vieille goule de Viktor. L’interprétation de Bill Nighty****, mal absolu en pleine décrépitude, est bien la seule chose intéressante à sauver de ce salmigondis.

* Il disparaît littéralement face à Kurt Russell dans le Dark Blue de Ron Shelton_2003 ou Willem Dafoe dans Anamorph d’Henry Miller_2007… Dans Underworld, le fait que la Kate n’en fasse pas immédiatement son quatre-heures est uniquement du à une blague des scénaristes.
** Acteur à la voix caverneuse et d’une stature impressionnante, il interprète Raze, humain contaminé et premier lieutenant de Lucian.
*** Tony Blair dans The Queen de Stephen Frears_2006, c’était lui aussi… c’est dire s’il fait envie…
**** Inoubliable patron de presse dans la remarquable série créée par Paul Abbott en 2003, State of Play, impayable en Davy Jones chez Gore Verbinski : Pirates of the Caribbean 2 : dead man’s chest _2006, il ne faut pas non plus rater ses participations aux deux films d’Edgar Wright, Shaun of the dead_2005 et Hot Fuzz_2007.

© SND
© SND

Underworld 3 : le soulèvement des Lycans/Underworld : Rise of the Lycans de Patrick Tatopoulos_2009
avec Michael Sheen, Bill Nighy, Rhona Mitra, Andreas Tanis, Steven Mackintosh, Kevin Grevioux, David Ashton et Alex Carroll