[Tag] Le pourquoi du comment de la fondation d’un blog

Créer un blog… WTF ?!

Damned ! encore taggée ! quel terme étrange comme venu d’un autre âge… pour causer d’un objet dont on ne cesse d’assurer qu’il est déjà mort. Alors que tant de blogs naissent chaque jour (et qu’autant sans nul doute s’éteignent lentement dans l’indifférence quasi-générale)…

Des blogs certes, mais aussi leur avatar, le webzine, bien mieux considéré…  Il me souvient qu’il y a quelques années, n’étant pas encore très au fait des us et coutumes, j’avions avec force bels épithètes causé d’un blog pour me faire remettre à ma triste place d’hurluberlu décadente par un « nous tenons un webzine » péremptoire, oups ! pardon ! mes confuses ! toussa. J’avais déguerpi derechef et n’y étais jamais retourné, trouvant insensé que l’on m’accusa de lancer des injures inconsidérées, alors que je n’étais qu’admiration, paix et amour sur leur bl… euh, « webzine », donc.

Si le blog n’est pas mort, celui que vous avez sous les yeux commence à sentir des posts tant il est négligé. Je me suis souvent laissé tenter à baisser la grille et jeter la clé pour d’autres aventures et puis, non. Autant que cette chère petite chose vaine — car oui, les blogueurs sont vains, il est temps que la vérité se fasse jour. Nous écrivons pour nous certes mais avec la secrète et sournoise pensée que ce ne nous tapotons allègrement sur le clavier soit lu, et hérésie, qu’on la jette aux lions ! plaise parfois au quidam. Si cela n’était pas, nous continuerons de noircir des journaux intimes qui pourriraient tranquillement loin des regards indiscrets — vieillisse et disparaisse avec moi donc. Car si je fermais, il serait certain, que mus par un simple esprit de contradiction profondément ancré en ma carcasse, mes doigts agités se retrouveraient à nouveau en mouvement pour — enfer et webzine déglingués ! — ouvrir un autre bidule, encombrant ainsi l’espace des internets qui n’en demande pas tant. Alors mon p’tit vieux, entre nous, ce sera à la vie, à la mort ! Et au-delà me souffle Buzz qui a encore oublié de prendre ses gouttes.

Ce bon gros matou de pasteur Powell/Robert Mitchum se préparant à remplir les tableaux de Zoom arrière © Paul Gregory Production
Ce bon gros matou de pasteur Powell/Robert Mitchum se préparant à remplir les tableaux de Zoom arrière © Paul Gregory Production

Pourriez-vous répéter la question ?

Ah oui. Comment en vient-on à ouvrir un blog ? Né de pertes irrémédiables, le mien ambitionnait au départ, ne riez pas ! de traiter de toute la culture, parallèlement à un travail alimentaire qui commençait à m’ennuyer au plus au point. Baptisé dans l’urgence, FredMJG blogue and bulle (du verbe rien branler), il existe toujours dans les limbes. Ouvert en mars 2008, suite au décès de ce beau monstre de Widmark (pourquoi ai-je éprouvé le besoin d’écrire sur ce sujet, le diable probablement), un blogueur indonésien s’empara du titre quand je l’abandonnais pour Les nuits du chasseur de films, pour finalement abandonner sa propre verve bloguesque en 2012. Sans doute est-il parti vers un ailleurs plus amusant. A noter que je lui avais fait deux fois la toilette mais que Blogger ne me convenait plus. Pour le moment, et après un premier jet, plus simple et concis que le modèle actuel, mais aussi plus ennuyeux, mon machin se trouve au chaud sur la plateforme de WordPress, qui me corrige dès qu’il y a une mise à jour. Et cela est bien, car je n’ai plus trop l’intention de farfouiller dans la technique.

éléments de réponse : Pour m'asseoir sur les genoux de Robert Mitchum à la place de Sally Jane Bruce dans The night of the hunter de Charles Laughton_1955 © Paul Gregory Production
Quelques éléments de réponses à la question Pourquoi créer un blog ?
Pour m’asseoir sur les genoux de Robert Mitchum à la place de Sally Jane Bruce dans La nuit du chasseur de Charles Laughton_1955 © Paul Gregory Production

Mais pourquoi écrire ? [et pourquoi pas ?]

Aussi loin que remontent mes pensées, l’écriture fut comme la fumette, un besoin irrépressible. Si ce n’est que j’ai commencé à écrire, et notamment sur les films, bien avant de goûter au péché fumeux. Je spoilais d’ailleurs les histoires sans complexe, en écrivant dans des petits cahiers à carreaux sur lesquels je recopiais religieusement le casting (je me fichais un peu des techniciens, pour moi, ceux qui taffaient réellement pour le film étaient les ombres gesticulantes sur l’écran) et collaient des photos découpées dans le journal, encrées et baveuses ou issues de magazines. Ainsi une de mes plus mémorables critiques fut-elle celle des Cow-boys où j’annonçais donc que John Snow Wayne mourrait mais que c’était impossible vu que le grand échalas qui était censé le flinguer était d’une invraisemblable mocheté. Impossible d’être si affreux et de savoir tirer (Cher Bruce Dern, si vous me lisez, pardon. J’étais jeune, j’étais folle. Mais bon, reconnaissez aussi que vous n’aviez pas un physique facile). Un beau jour, patatras, suite à une querelle fraternelle, tous mes découpages, notes et autres écrits velléitaires partirent dans le vide-ordure. D’où, sous coup férir, ma désormais manie de ne rien tenir pour acquis et définitif et surtout, de me foutre comme de l’an 40 de toutes possessions matérielles. Ce qui n’est pas plus mal. Ainsi, un jour WordPress  s’effondrera et mes élucubrations avec lui.

Pour me déguiser en chatte et rouler une pelle à Marlon Brando © DR
Pour me déguiser en chatte et rouler une pelle à Marlon Brando © DR

Mais je m’égare. Revenons à nos blogs. Enfin, au mien. De lire les autres, sur feu-la plateforme d’AlloCiné et ailleurs, me titillait bien sûr mais encore fallait il que je perde l’habitude d’être trop occupée, à lire, à aller au cinéma, au théâtre, au Musée, à compter mes doigts de pied, bref, il fallait que je m’arrête un peu de vivre pour moi et que je m’organise. L’homme, voire la femme, chasseur de films qui plus est, est chose étrange parfois. Chantre du désordre, je n’y suis toujours pas parvenue à ce jour, manquant au fil des ans de ce temps si précieux. Mais depuis 2005, quelques idées germaient — trop ambitieuses, voir plus haut — des suites d’un manque terrible de tant de moitiés épistolaires, évadée de la vie pour l’un ou partie pour d’autres aventures pour d’autres, me laissant bien marrie avec de si belles matières sans pouvoir les partager avec les habitué(e)s de mes lettres logorrhéiques. Sans compter un nouveau coup du sort, professionnel celui-là, en 2008, qui scella définitivement ma décision. Et voilà que ce damné Richard Widmark prit la tangente au mois de mars, et que cela me prit une bonne partie de la nuit à me souvenir de lui. L’homme inquiet fut donc mon premier texte.

Continuant à écrire, glissant deux/trois allusions de ci delà, j’eus quelques bons retours et — dingue non ?— un lecteur fidèle (qui répond toujours à l’appel aujourd’hui), suivi par d’autres. Puis, pour faire court, des échanges avec un certain gang, toujours autant d’actualité. Puisque chaque mois, pour nous athées cinéphages, c’est la grand messe de Zoom arrière où nous nous retrouvons chacun(e) face à nos souvenirs (Mauvaise habitude entre nous soit dit qui me permet de nourrir au moins une fois la bête).

Désormais, Les nuits du chasseur de films, sont ce qu’elles sont. Avec un manque cruel d’actu c’est certain, mais je m’en remettrai. Avec des jeux à la noix où il n’y a jamais rien à gagner mais qui ravissent quelques accros, ou des rubriques coquines. Bon an, mal an, suivant les années, mes nutis s’ensuivent mais ne se ressemblent guère. Souvent stériles, mes nuits parfois me tiennent éveillée en agréable compagnie.

Mais ainsi que je l’ai annoncé en début d’année, entre voir un film et écrire dessus, entre lire un livre et écrire dessus, l’écriture passera toujours après. Pourquoi ? Parce qu’il me reste tant d’œuvres à découvrir et si peu de temps pour le faire. Parce que ce que je peux écrire sur elles, de bonté, d’âneries, d’admiration et que sais-je encore sur tout ce que j’aimerais partager, ne sera jamais aussi intéressant que les œuvres elles-mêmes.

Pour regarder les garçons transpirer. Michael Fassbender © Jean Baptiste Mondino
Pour regarder les garçons transpirer. © Jean Baptiste Mondino

Les conseils à donner à un petit scarabée qui souhaiterait ouvrir un blog ?

Répétez après moi, le blog n’est pas un site de rencontres ! pas plus que les réseaux sociaux où se sont déportées les discussions. Fermons la parenthèse.

Trêve de plaisanterie. Je suis bien mal placée pour offrir des conseils. Lire plus haut mon manque total de discipline et de constance. Mais comme il s’agit de faire partager une « expérience », un mot (oui, y en a plusieurs, j’ai prévenu, on ne peut pas me faire confiance pour m’en tenir à ce que j’ai pourtant décidé).

Conseil 1. Faites comme bon vous semble, jeunes padawans, et n’écoutez que votre propre désir/plaisir. Car, ne vous affolez pas, vous trouverez toujours une bonne âme sur votre chemin pour vous critiquer, quoique vous fassiez. D’ailleurs, il est bon de ne rien attendre de personne et d’écrire avant tout pour soi. Ainsi, la plus petite attention sera total cadal.

Conseil 2. Relire le conseil 1 (mais vous n’y êtes pas obligé)

Pour lui. © Lonny Spence
Pour lui. © Lonny Spence

Tagger violemment de pauvres blogueurs qui n’en demandent pas tant ?

Quant à tagger d’éventuels blogs, vu le temps que j’ai mis à répondre au  Blogger Recognition Award du taulier d’Inisfree, je vais m’abstenir. Pour savoir qui j’apprécie, de temps à autre, lire, merci de vous reporter à la page Blogs + sites. Cela dépend du temps imparti et/ou de l’humour du jour. Mais comme beaucoup d’autres désormais, j’arrive souvent chez les « collègues » au travers des réseaux sociaux, à l’occasion de la mise en ligne d’un texte. Il n’y a que lorsque je découvre un blog que j’aime à aller me baigner dans les archives. Mais cela fait quelques années déjà que je n’ai plus ce goût de la découverte. Avec le temps, comme disait le poète, tout fout l’camp. Y compris les centres d’intérêt.

Nonobstant, je serais curieuse de savoir ce qui a pu pousser certains à tirer définitivement le rideau. Je ne parle pas de ce cher zoomeux d’Edouard, qui travaille sans relâche à fournir du contenu cinématographique et a su nous réunir sous sa férule, voire  d’Alexandre devenu plombier chez Playlist Society ou de Rob Gordon qui a flingué son blog pour ouvrir un site offrant des critiques sur un cinéma cher à son cœur — quoiqu’ils se sentent libre de faire ce que bon leur semble. Voir conseil 1 ci-dessus — mais bien plutôt de Phil Siné ou du taulier des irréductibles qui ont fermé, et ne sont jamais revenus alors qu’ils rôdent encore et toujours sur la toile en compagnie du lapin blanc.

Alors s’ils sont intéressés, qu’ils n’hésitent pas. Ainsi que tous ceux ou celles que ça titille (de raconter le pourquoi du comment, pas l’idée de fermeture !)

Parce que. © Lonny Spence
Parce que. © Lonny Spence

Mon cher Vincent, désolée pour ces quelques lignes (j’ai encore fait trop long) jetées ainsi en vrac. C’était bien aimable à toi de songer à l’inconstante blogueuse/blagueuse que je suis. Navrée de n’avoir rien de plus drôle ou spirituel à écrire. Je viens de rédiger ce post en pleine journée, ceci expliquant sans coup férir cela. Mon double insomniaque est bien plus fréquentable.

A bientôt, ici ou ailleurs.

Tu peux pas test. © Lonny Spence
Tu peux pas test. © Lonny Spence

Pour info. D’autres commentaires de Luc, taulier des Irréductibles ou Camille qui a fondé CineManiac sont à consulter sur Facebook

14 responses to [Tag] Le pourquoi du comment de la fondation d’un blog

  1. Je te lis depuis longtemps et je connais très (trop) bien tout ça…
    Mais nom d’une pipe en bois que tu écris bien !!!
    Je ne me suis jamais lassé de te lire 😉

    • FredMJG says:

      Toujours aussi flatteur mon bon ! Rrrrrhââââ comme dirait ma chatte quand elle veut que je lui refile du bonus avec ses croquettes 😀

    • FredMJG says:

      La magie de la blogosphère ma chère. Avant JAMAIS je n’aurais songé à chercher de telles choses sur internet. Bon, j’avais bien quelques vieux dossiers papiers mais là… c’est Xanadu 🙂 et même pas ça prend de place ces petites bêtes là

  2. Vincent says:

    Figures-toi qu’il m’a fallu un moment pour me rendre compte que c’était bien à mon honnête proposition que tu répondais 🙂 Comme quoi, il ne faut jamais désespérer et que, quoique tu en écrives, on peut compter sur toi.
    Sinon je note que tu as saisi le prétexte pour truffer ton bien beau texte de photographies de bien belles choses, hem, et puis je ne me souvenais pas avoir lu ton texte sur Widmark. Si je compare avec mon premier post, le rouge de la confusion me monte au front.
    Et pis tu as vu comme le Duke il encaisse bien les coups des affreux ?
    Alors à très vite ici et ailleurs, et qu’ici reste une île où il fait toujours bon accoster.
    La bise.

    • FredMJG says:

      C’était pour voir si tu suivais 🙂 Et de plus, je me demandais si oui ou non j’allais pas trouver une merveilleuse photo de grille condamnée pour informer de la clôture. Et bon, je rencontre des gens plutôt choupinets alors bon, je vais continuer à m’en occuper bon gré, malgré.
      Tu ne pouvais pas lire mon texte sur « Dick » (ha ha ha oui j’ai été lire le tien) puisqu’à l’époque nous ne nous connaissions pas.
      Le Duke encaisse mais bon, ce mochtron de Bruce le flingue. Non mais sans dec’ à l’époque, j’étais outrée. 🙂
      A toute

    • FredMJG says:

      Ou sinon tu pensais vraiment que j’allais écrire un truc sans mettre des images ?! sans dec. J’adore MitchMitch, il a l’air d’un MacMahonien non ? Prêt à dégainer sa bulle à tout propos 😀

    • FredMJG says:

      En lisant ce texte, je me suis rendue compte qu’en fait la chose que j’avais écrite sur Widmark s’arrêtait plutôt abruptement, en ayant pas parlé de tous les films. Ça a du me faire suer à un moment donné. Inconstance quand tu nous tiens 🙂

    • FredMJG says:

      Pour mon info perso, c’était sur quoi ton premier post ? Inisfree ? J’ai essayé de farfouiller dans tes archives mais elles sont si touffues…

  3. dasola says:

    Bonjour FredMJG, c’est gentil d’avoir fait la piqûre de rappel par rapport à Inisfree. Je n’avais pas vu qu’il m’avait taggée. Et sinon, merci pour le lien de mon blog dans ton billet. J’écris et je répète que j’adore tes jeux de devinette (à quand le prochain?). Pourquoi un blog (depuis 9 ans), parce que je voulais faire partager des avis sur des films et des livres. Je n’aime pas particulièrement écrire mais à force on s’y fait mais ce n’est pas ce que je préfère. Je suis plus à l’aise à l’oral qu’à l’écrit. Mais, je continue à faire vivre mon blog car les liens virtuels sont sympathiques. Les partages d’idées de lecture ou de cinéma sont enrichissants. A part ça, je ne suis sur aucun réseau sociaux, cela ne m’intéresse pas du tout. J’aime l’anonymat d’un blog. Je te souhaite un bon 1er mai.

    • FredMJG says:

      Oui Inisfree est un homme discret 🙂
      Pour le jeu, comme je vais être très occupée à divers petits festivals si ma santé m’en laisse le loisir, sans doute qu’il en arrivera un fin mai-début juin. Tu n’es pas la seule à réclamer mais il m’est de plus en plus difficile de trouver de « bonnes » photos. Il n’y en a pas tant que ça d’acteurs qui savent aussi jouer de dos 🙂
      Je ne vais pas critiquer les réseaux sociaux. Au départ c’était plutôt pour faire connaître le blog mais j’y ai fait de jolies rencontres virtuelles, qui se sont pour beaucoup concrétisées dans « la vraie vie ». Bien sûr, il s’agit de ne pas se laisser bouffer par eux, ce qui peut être facile pour ceux qui n’y prennent pas garde. Et éviter les choses trop personnelles. Mais il est vrai que, même pour ce post, les commentaires se sont plutôt faits sur FB. Comme quoi 🙂
      Bon 1er mai à toi aussi

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Pingbacks & Trackbacks