Retour vers le futur : les 25 de 1946

Don Ameche & Gene Tierney dans Le ciel peut attendre/Heaven can waitde Ernst Lubitsch © Splendor Films

1946 dans le viseur de Zoom Arrière. Cette année, c’est sous la houlette du taulier de Inisfree que Zoom arrière continue son aventure.

De plus en plus de films déboulent sur les écrans, plus difficile est donc le choix. Ayant vu une cinquantaine de films sur les 247 sorties de 1946 recensées par Encyclo-ciné, je me suis amusée à les égrener (mais je ne ferai sans doute pas ça tous les ans) ci-dessous tout en en distinguant 25 (oui, ce fut une belle année); énumération à laquelle j’ai ajouté quelques nanars magnifiques tant leur souvenir me fait encore sourire. Plus 2/3 flops strictement personnels.

Quant à la liste des films qu’il me reste à découvrir, elle se rallonge encore de quelques titres.

Le nonetto gagnant

  • Le ciel peut attendre/Heaven can wait de Ernst Lubitsch_1943
  • Ivan le Terrible/Ivan Groznyj de Sergueï M. Eisenstein_1942-1945
  • Laura de Otto Preminger_1944
  • La Belle et la bête de Jean Cocteau_1945
  • Arsenic et vieilles dentelles/Arsenic and old lace de Frank Capra_1941
  • Rome ville ouverte/Roma città aperta de Roberto Rossellini_1945
  • Assurance sur la mort/Double Indemnity de Billy Wilder_1943
  • La femme au portrait/The woman in the window de Fritz Lang_1944
  • Soupçons/Suspicion de Alfred Hitchcock_1941

Le classique

  • Citizen Kane d’Orson Welles_1941

Hors compétition

  • Une partie de campagne de Jean Renoir_1936 [moyen-métrage]

La découverte tardive [mais ô combien fort plaisante]

  • Les mains qui tuent/Phantom lady de Robert Siodmak_1943 [Mention spéciale à Elisha Cook Jr.]

Les challengers

  • Le faucon maltais/The maltese falcon de John Huston_1941
  • La splendeur des Amberson/The magnificent Ambersons de Orson Welles_1942
  • Le magicien d’Oz/The wizard of Oz de Victor Fleming_1939
  • Le crime vient à la fin/Murder my sweet de Edward Dmytryk_1944
  • Sylvie et le fantôme de Claude Autant-Lara_1945
  • Femme ou démon/Destry rides again de George Marshall_1939
  • Uniformes et jupon court/The Major and the Minor de Billy Wilder_1942
  • Le cavalier du désert/The Westerner de William Wyler_1940
  • La vipère/The little foxes de William Wyler_1941 [Parce qu’il faut voir tous les films de Bette Davis]

Quelques amusantes pelloches

  • Le train de la mort/Terror by night de Roy-William Neill_1945 [Basil Rathbone possédant la morgue idéale pour interpréter ce grand déviant de Sherlock Holmes, on en redemande]
  • Obsessions/Flesh and fantasy de Julien Duvivier_1943
  • Le fils de Monte-Cristo/The son of Monte-Cristo de Rowland V. Lee_1940
  • Le signe de Zorro/The mark of Zorro de Rouben Mamoulian_1940

À la rigueur

  • Docteur Jekyll et Mister Hyde/Doctor Jekyll and Mister Hyde de Victor Fleming_1941 [Mais je préfère la version de Rouben Mamoulian avec Fredric March et surtout Miriam Hopkins, bien plus crédible en fille de joie que cette brave Ingrid]
  • Fantasia de Samuel Armstrong, James Algar, Bill Roberts, Paul Satterfield, Hamilton Luske, Jim Handley, Ford Beebe, Norman Ferguson, T. Hee, Wilfred Jackson_1940 [Je ne m’avoue pas grande fan des productions Disney]
  • L’esprit s’amuse/Blithe spirit de David Lean_1945 [Pour le délicieux Rex Harrisson]
  • Jane Eyre de  Robert Stevenson_1944 [Pour se voir confirmer que Orson Welles est bien plus effrayant en Rochester que ce pue-le-sexe de Fassbender]
  • La mort n’était pas au rendez-vous/Conflict de Kurt Bernhardt_1943 [Il y a Bogart et Greenstreet mais ça n’est pas Le faucon maltais et Bernhardt n’est pas Huston]
  • La Bataille du rail de René Clément_1945 [Parce que le film est une partie de notre histoire et que Clément est un pro. A voir une fois, et basta]

Parfaitement oubliables

  • L’intrigante de Saratoga/Saratoga trunk de Sam Wood_1945 [Malgré Ingrid, sitôt vu, déjà oublié]
  • La glorieuse parade/Yankee Doodle Dandy de Michael Curtiz_1941 [Moi et les biopics, ça fait deux. Ensuite, je préfère Cagney en fou défouraillant que danseur de claquettes poussant la chansonnette]
  • L’odyssée du docteur Wassell/The story of Dr Wassell de Cecil B. De Mille_1944 [Je ne m’appelle pas Luc Moullet, je ne suis pas une fan énamourée de ce brave Cecil]
  • Le bal des sirènes/Bathing beauty de George Sidney_1944 [Je ne me prononcerai pas sur le talent de comédienne d’Esther Williams. N’étant déjà pas très fan de comédie musicale alors des danseuses dans la flotte… no comment]
  • Le père tranquille de René Clément_1946 [Inglorious papi]
  • L’affaire du collier de la reine de Marcel L’Herbier_1945 [Dans le genre, Sacha Guitry a bien plus d’esprit]

Les barbants

  • Brève rencontre/Brief encounter de David Lean_1945 [Allez-y, lynchez moi!]
  • Back Street de Robert Stevenson_1941 [J’ai vomi]
  • Madame Miniver/Mrs Miniver de William Wyler_1942 [Greer Garson, la seule rouquine qui ne soit pas incendiaire]
  • Envol vers le bonheur/Intermezzo, a love story de Gregory Ratoff_1939 [Je ne comprendrai jamais l’engouement de Miss Scarlett pour cette quiche de Leslie Howard]
  • Wilson de Henry King_1944 [Woodrow Wilson était nettement moins crétin et de ce fait, rigolo que W. ça vous donne un peu le niveau hagiographique de la chose]
  • L’idiot de Georges Lampin _1945 [Gérard Philippe est un très joli garçon mais je le déteste quand il joue comme un poète]

La grande rigolade

  • Martin Roumagnac de Georges Lacombe_1946 [Gabin et Marlène étaient amoureux fous serait la seule explication de la production du bidule]
  • Les clés du royaume/The keys of the kingdom de John M. Stahl_1944 [Grégory Peck en prêtre… Est-il nécessaire d’en dire plus]

Au secours !

  • La symphonie pastorale de Jean Delannoy_1946 [Voir 1945]
  • Sérénade aux nuages de André Cayatte_1945 [Pour Cayatte, même punition que pour Delannoy]
  • Les portes de la nuit de Marcel Carné_1946 [Grand moment de poésie de pacotille]
  • Macadam de Marcel Blistène Jacques Feyder_1946

Je n’ai vu ni le McCarey — Seigneur ! délivrez-nous de Bing Crosby, merci — ni le Ford de l’année et je ne suis certes pas pressée de rattraper ce retard.

Mes regrets de 1946 ? d’avoir raté Au cœur de la nuit/Dead of night, le film à sketches de Alberto Cavalcanti, Charles Crichton, Basil Dearden et Robert Hamer et Le voleur de Bagdad/The thief of Bagdad, version Ludwig Berger, Michael Powell et Tim Whelan. Pour le reste, je m’en remettrai.

A l’année prochaine !

Si vous avez raté le début :

A suivre…