Retour vers le futur : Les 55 de 1994

1994 dans le viseur de Zoom Arrière.

125 films vus sur les 409 sorties répertoriées par Encyclo-ciné.

Et c’est beaucoup trop car reconnaissons que cette année 94 voit une envolée dans les bulles et autres étoiles uniques au non-firmament.

Et c’est en trois couleurs : rouge que le taulier d’Inisfree réussit à rendre hommage à la vespa de Nanni et aux tueurs crétins de QT tout en tentant un plaidoyer doublé d’une déclaration d’amour pour SS. Son édito est à lire sur Zoom arrière, et vous pouvez y aller de votre propre top dans les commentaires (et n’hésitez pas à y indiquer que ce n’est pas avec son meilleur film que de Palma emporte la mise cette année. Aberrant !) .

La neuvaine fantastique

  • Pulp Fiction de Quentin Tarantino_1994*
  • Journal intime/Caro diario de Nanni Moretti_1993
  • J’ai pas sommeil de Claire Denis_1993
  • Tetsuo de Shinya Tsukamoto_1988
  • Exotica de Atom Egoyan_1994
  • Amateur de Hal Hartley_1994
  • Au nom du père/In the name of the father de Jim Sheridan_1993
  • La Reine Margot de Patrice Chéreau_1993
  • Mrs Parker et le cercle vicieux/Mrs. Parker and the Vicious Circle de Alan Rudolph_1994

* Parce que comme je le disais ici en fin de paragraphe consacré à la palme 1994

© Golden Harvest Company
© Golden Harvest Company

L’inédit

  • The lovers/Leung juk/Liang zhu de Tsui Hark_1994
Roberto Cobo dans Ce lieu sans limites © Conacite Dos
Roberto Cobo dans Ce lieu sans limites © Conacite Dos

Arturo le magnifique X 2

  • Ce lieu sans limites/El lugar sin limites de Arturo Ripstein_1977
  • La reine de la nuit/La reina de la noche de Arturo Ripstein_1994
Joe Shishido dans La jeunesse de la bête © Nikkatsu
La jeunesse de la bête de Seijun Suzuki © Nikkatsu

Trois Suzuki pour le prix d’un

  • Le vagabond de Tokyo/Tokyo nagaremono de Seijun Suzuki_1966
  • La jeunesse de la bête/Yaju no seishun de Seijun Suzuki_1963
  • La vie d’un tatoué/Irezumi ichidai de Seijun Suzuki_1965
© Shôchiku Eiga
© Shôchiku Eiga

Le vintage

  • Printemps tardif/Banshun de Yasujiro Ozu_1949
Samuel Le Bihan & Irène Jacob dans Trois couleurs : rouge © MK2 Productions
Samuel Le Bihan & Irène Jacob dans Trois couleurs : rouge © MK2 Productions

Fin de cycle

  • Trois Couleurs : rouge de Krzysztof Kieslowski_1993
  • Trois Couleurs : blanc/Trzy kolory : bialy de Krzysztof Kieslowski_1993

Les challengers

  • Wolf de Mike Nichols_1994
  • Short Cuts de Robert Altman_1993
  • The Baby of Mâcon de Peter Greenaway_1993
  • Ladybird de Ken Loach_1994
  • L’eau froide de Olivier Assayas_1994
  • Les roseaux sauvages de André Téchiné_1994
  • Tueurs nés/Natural born killers de Oliver Stone_1994
  • Ruby in Paradise de Victor Nunez_1992
  • L’impasse/Carlito’s way de Brian De Palma_1993
  • Mi vida loca de Allison Anders_1993
  • Regarde les hommes tomber de Jacques Audiard_1993
  • Entretien avec un vampire/Interview with a vampire de Neil Jordan_1994
  • Les patriotes de Eric Rochant_1993
  • L’escorte/La scorta de Ricky Tognazzi_1993
  • Romeo is bleeding de Peter Medak_1993
  • Speed de Jan De Bont_1993
  • M. Butterfly de David Cronenberg _1993
  • L’enfer de Claude Chabrol_1993
  • La machine de François Dupeyron_1994
  • Il était une fois le Bronx/A Bronx tale de Robert De Niro_1993
  • Jeanne la pucelle de Jacques Rivette_1993
  • Rapa Nui de Kevin Reynolds_1993

L’animé

  • L’étrange Noël de Monsieur Jack/The nightmare before Christmas de Henry Selick _1993
Tiens ton foulard Tatiana de Aki Kaurismäki © Pandora Filmproduktion
Tiens ton foulard Tatiana de Aki Kaurismäki © Pandora Filmproduktion

Les comédies

  • Tiens ton foulard Tatiana/Pidä huivista kiinni, Tatjana de Aki Kaurismäki_1994
  • Muriel/Muriel’s wedding de P.-J. Hogan_1994
  • Le grand saut/The Hudsucker proxy de Joel Coen & Ethan Coen_1993
  • Pas très catholique de Tonie Marshall_1994
  • True lies de James Cameron_1994
  • The Mask de Charles Russell_1994
  • Salé sucré/Yin shi nan nu de Ang Lee_1994
  • Quatre Mariages et un enterrement/Four weddings and a funeral de Mike Newell_1993
  • Kika de Pedro Almodóvar_1993
  • La cité de la peur de Alain Berberian_1993
  • Serial mother/Serial mom de John Waters _1993
  • Rasta Rockett/Cool Runnings de Jon Turteltaub_1993
  • I llke it like that de Darnell Martin 1994
  • Fresa y chocolate de Tomas Gutierrez-Alea & Juan-Carlos Tabio_1991
  • Forrest Gump de Robert Zemeckis_1994

Look who’s killing [Allo papa, ici bébé]

  • Baby Cart. Le Sabre de la vengeance/Kozure ohkami : Ko ka shi uda kashi matsuda de Kenji Misumi_1972
  • Baby Cart dans la terre de l’ombre/Kozure ohkami : shinikaze ni mukai ubaguruma de Kenji Misumi_1973
  • Baby cart. Le Territoire des démons/Kozure ohkami : meifumado de Kenji Misumi_1973
  • Baby cart. Le paradis blanc de l’enfer/Kozure ohkami : Jigoku e daigoro ikuzo de Tsutomu Nakamura & Yoshiyuki Kuroda_1973

Cela s’appelle l’horreur

  • Le bazaar de l’épouvante/Needful things de Fraser-C. Heston_1993
  • Trauma de Dario Argento_1993
  • The crow de Alex Proyas _1993
  • L’armée des ténèbres/Army of darkness de Sam Raimi_1993
© Magidson Films
© Magidson Films

 Le [très beau] livre d’images

  • Baraka de Ron Fricke_1991

A boire et à manger [avec des beaux sentiments dedans]

  • Etat second/Fearless de Peter Weir _1993
  • Belle Epoque de Fernando Trueba_1993
  • Vivre/Huozhe de Zhang Yimou_1993
  • Philadelphia de Jonathan Demme_1993
  • Backbeat de Iain Softley_1993
  • Entre ciel et terre/Heaven and earth de Oliver Stone_1993
  • Farinelli de Gérard Corbiau _1994
  • L’homme sans visage/The man without a face de Mel Gibson_1994
  • La liste de Schindler/Schindler’s list de Steven Spielberg_1993
  • Le journal/The paper de Ron Howard_1994
  • Les vestiges du jour/The remains of the day de James Ivory_1993

Les westerns

  • Maverick de Richard Donner_1994
  • Geronimo/Geronimo: An american legend de Walter Hill_1993
  • Tombstone de George-Pan Cosmatos_1993
  • Wyatt Earp de Lawrence Kasdan_1994

Les thrillers à la manque

  • Blown away de Stephen Hopkins _1994
  • Guet-apens/The getaway de Roger Donaldson_1993
  • Malice de Harold Becker_1993
  • Blink de Michael Apted _1994
  • Le client/The client de Joel Schumacher_1994

La grosse fatigue [même plus drôle]

  • Grosse fatigue de Michel Blanc_1993
  • Le sourire de Claude Miller_1994
  • Aux bons soins du docteur Kellogg/The road to Wellville de Alan Parker_1994
  • Sister Act, acte deux/Sister Act 2 : Back in the habit de Bill Duke_1993
  • Madame Doubtfire/Mrs. Doubtfire de Chris Columbus_1993
© Golden Harvest Company
© Golden Harvest Company

Le coquinou

  • Sex and Zen/Yu pu tuan zhi : tou qing bao jian de Michael Mak_1991

Le JCVD de l’année

  • Timecop de Peter Hyams _1993

Parfaitement oubliables…

  • The Shadow de Russell Mulcahy_1994
  • La fille de D’Artagnan de Bertrand Tavernier_1994
  • Pas de vacances pour les Blues/Undercover Blues de Herbert Ross_1993
  • Le bon fils/The good son de Joseph Ruben_1993
  • Mister Jones de Mike Figgis_1993
  • L’affaire Pélican/The Pelican brief de Alan-J. Pakula_1993
  • Mina Tannenbaum de Martine Dugowson_1993
  • Pour l’amour d’une femme/When a man loves a woman de Luis Mandoki_1994
  • Deux garçons, une fille, trois possibilités/Threesome de Andrew Fleming_1994
  • Le fils préféré de Nicole Garcia_1994
  • Belles de l’Ouest/Bad girls de Jonathan Kaplan_1994
  • L’affaire Karen McCoy/The real McCoy de Russell Mulcahy_1993
  • Le Colonel Chabert de Yves Angelo_1993

Wesley & Sly sont dans un même film, leurs carrières tombent à l’eau

  • Demolition Man de Marco Brambilla_1993

On peut aisément s’en passer

  • Absolom 2022/No escape de Martin Campbell_1994
  • Killing Zoe de Roger Avary_1993
  • Léon de Luc Besson_1994
  • Danger immédiat/Clear and present danger de Phillip Noyce_1994
Sly & Sharon se savonnant joyeusement dans The specialist © Warner Bros.
Sly & Sharon, experts en savonnettes © Warner Bros.

Les nanars chauds bouillants. Vivement la clim’ !

  • L’expert/The specialist de Luis Llosa_1994
  • Color of night de Richard Rush_1994

N.O.N.

  • Le flic de Beverly Hills 3/Beverly Hills cop III de John Landis_1994
  • Casque bleu de Gérard Jugnot_1994
  • Les complices/I love trouble de Charles Shyer_1994
  • Piège en eaux troubles/Striking distance de Rowdy Herrington_1993
  • L’extrême Limite/Boiling Point de James-B. Harris
  • Les trois mousquetaires/The three musketeers de Stephen Herek_1993
  • Un indien dans la ville de Hervé Palud_1994
  • Elles n’oublient jamais de Christopher Frank_1993
  • A toute allure/The chase de Adam Rifkin_1994
  • Intersection de Mark Rydell_1993
  • Deux doigts sur la gâchette/Gunmen de Deran Sarafian_1994
  • En terrain miné/On deadly ground de Steven Sagal_1994
  • La vengeance d’une blonde de Jeannot Szwarc_1994
© DR
© DR [Et merci au créateur inconnu de ce magnifique gif. Source : page FB de Planet Caravan Vintage Rock Radio and beyond]

Une fois n’est pas coutume mais puisque Leonard Cohen s’est barré (en vespa ?) le 7 de ce mois de novembre 2016, ce post finit par ses chansons que l’on entendit au cinéma en 1994

Si vous avez raté le début parce que vous dormez depuis 1945 : rendez-vous sur la page des Tops

A suivre…

6 responses to Retour vers le futur : Les 55 de 1994

  1. Lalalère says:

    Ben ouais ….. y’a rien de bien trippant, mis à part bien sûr, cet allumé de Tarantino et
    La reine margot qui est un beau classique.
    Et je le note, La liste de Schindler c’est bof pour toi. Alors là, faut que tu m’expliques !!!! trop long, trop poussif, trop appliqué ???? Ne serait ce QUE pour la présence et performance de Ralph Fiennes, je dis un énorme OUI.

    Qui fait l’coup d’la savonette, Syl ou la Sharon 😉

    • FredMJG says:

      C’est parce qu’il y a Ralph qu’il y a 2*
      Soit on biopise (Biopiser la Shoah… bref) et on ne passe pas sous silence les vrais motifs des personnes qui ont existé, même si ça les rend antipathiques (bon sang ce qu’il peut être lisse !), soit on tente l’histoire originale mais on ne transforme pas la réalité comme ça. Bon, bref, d’après Inisfree on n’a rien compris ^^ D’t’manière, Steven, j’estime que son meilleur film est Sugarland express mais comme il n’a pas eu de succès, il ne l’aime pas. Tant pis pour lui.

      PS. Comme d’hab, la température monte quand Eric Roberts apparaît (même si ça n’est que 5 minutes), et il y a James Woods, donc les deux totors peuvent aller se rhabiller fissa. Non mais j’en ris encore (il faut savoir que nos deux zazous ont gagné aux Razzie Awards le trophée du couple à l’écran. C’est dire si on y croit à leur truc

      • Lalalère says:

        Je t’avouerai que j’ai pas vérifié, je savais que c’était tiré de faits réels mais j’ai pas creusé. Spielberg a sans doute gommé à sa guise certains aspects oui, pour faire un film à sa vision de la Shoa. Mais le trouble de Fiennes y est vraiment magnifique ….
        PS. James Wood j’ai un problème avec lui. Suis pas raccord avec ni l’acteur, ni avec le bonhomme.

        • FredMJG says:

          JW a salopé sa carrière parce que c’est un sale con (et en vieillissant il s’est pas arrangé) mais il a tenu tête à De Niro dans le Leone et dans Videodrome, il est parfait (vu qu’il joue un connard ^^)

            • FredMJG says:

              On avait pas dit qu’on attaquait pas le physique ? 😂

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s