Retour vers le futur : Les 24 de 1958

1958 dans le viseur de Zoom Arrière.

Les années se suivent mais ne se ressemblent guère. Sur 424 sorties répertoriées par Encyclo-ciné, je n’ai vu que 53 films.

Mais deux films se disputent incontestablement le podium. Et comme il se doit, ici, comme chez Zoom arrière où l’édito est signé du taulier de Nightswimming, la flamboyance domine l’austérité.

© Universal International Pictures, Svensk Filmindustri, Ashton Productions, Nikkatsu Film Company, Nouvelles Éditions de Films, Warner Bros., MGM, Ajym Films, Mosfilm
© Universal, Svensk Filmindustri, Ashton Productions, Nikkatsu Film Company, NEF, Warner Bros., MGM, Ajym Films, Mosfilm

Les incontestables chefs d’œuvre

  • La soif du mal/Touch of evil de Orson Welles_1957
  • Le septième sceau/Det sjunde inseglet de Ingmar Bergman_1956

L’excellent septette

  • L’homme de l’ouest/Man of the west de Anthony Mann_1958
  • Passions juvéniles/Kurutta kajitsu de Ko Kakahira_1956
  • Ascenseur pour l’échafaud de Louis Malle_1957
  • L’esclave libre/Band of angels de Raoul Walsh_1957
  • Libre comme le vent/ Saddle the wind de Robert Parrish_1957
  • Le beau Serge de Claude Chabrol_1957
  • Quand passent les cigognes/Letjat zuravli de Mikhaïl Kalatozov_1957

Le classique qui offre comme une envie d’aller se pendre à la fin

  • Le cri/Il grido de Michelangelo Antonioni_1957

Les challengers

  • Les amants de Louis Malle_1958
  • Les vikings/The vikings de Richard Fleischer_1958
  • La toile d’araignée/The cobweb de Vincente Minnelli_1955
  • L’attente des femmes/Kvinnors väntan de Ingmar Bergman_1952
  • Le gaucher/The left-handed gun de Arthur Penn_1958
  • Les espions s’amusent/Jet pilot de Josef Von Sternberg_1951
  • Thé et sympathie/Tea and sympathy de Vincente Minnelli_1956
  • La belle de Moscou/Silk stockings de Rouben Mamoulian_1957
  • Témoin à charge/Witness for the prosecution de Billy Wilder_1957
  • La revanche de Frankenstein/The revenge of Frankenstein de Terence Fisher_1958
  • La chatte sur un toit brûlant/Cat on a hot tin roof de Richard Brooks_1958
  • Bonjour tristesse de Otto Preminger_1957

Les court-métrages

  • Le chant du styrène d’Alain Resnais_1958
  • Charlotte et son Jules de Jean-Luc Godard_1958

Les fantastiques

  • La marque/Quatermass II de Val Guest_1957
  • Le septième voyage de Sinbad/The 7th Voyage of Sinbad de Nathan Juran_1958

Se laissent voir [du moins passent pour la plupart souvent à la télévision]

  • Les feux de l’été/The long hot summer de Martin Ritt_1957 [Pas mal, mais moins bon que Hud]
  • Les dix commandements/The ten commandments de Cecil B. de Mille_1956
  • Bravados/The Bravados de Henry King _1958
  • Le désordre et la nuit de Gilles Grangier_1958
  • Mon oncle de Jacques Tati_1957 [Ai-je déjà dit que j’étais imperméable à Tati ? Oui, je crois]
  • La vallée de la poudre/The sheepman de George Marshall_1958
  • Le bal des maudits/The young lions de Edward Dmytryk_1957
  • Les misérables de Jean Paul Le Chanois_1957

Les mélos

  • L’adieu aux armes/A farewell to arms de Charles Vidor_1957
  • L’arbre de vie/Raintree country de Edward Dmytryk_1957

Les « Gabin »

  • Maigret tend un piège de Jean Delannoy _1957
  • En cas de malheur de Claude Autant-Lara_1957

De tout, et bien souvent, du n’importe quoi

  • Les racines du ciel/ The roots of heaven de John Huston_1958
  • Ces dames préfèrent le mambo de Bernard Borderie_1957
  • Torpilles sous l’Atlantique/The enemy below de Dick Powell_1957
  • La chatte de Henri Decoin_1958 [Françoise Arnoul est charmante. Je répète, Françoise Arnoul est charmante]
  • Les plaisirs de l’enfer/Peyton Place de Mark Robson_1957 [L’interminable mélo qui a finit en soap opéra télévisuel dans les années 60]
  • Les frères Karamazov/The brothers Karamazov de Richard Brooks_1957 [Un sommet d’humour involontaire flanqué de Maria Schell, pleureuse de service]
  • Le miroir à deux faces de André Cayatte_1958
  • Jeunes filles en uniforme/Mädchen in Uniform de Geza Radvanyi_1958
  • Le joueur de Claude Autant-Lara_1958 [Ce brave Gérard Philippe en fait des tonnes]
  • Sissi face à son destin/Sissi, Schicksalsjahre einer Kaiserin de Ernst Marischka_1957 [Bon, là, c’est plus trop possible. Il était temps qu’elle y passe]

Le « Louis de Funès »

  • Taxi, roulotte et corrida de André Hunebelle_1958

Le fabuleux nanar

  • Les tricheurs de Marcel Carné_1958 [La fureur de vivre made in France, j’en ris encore]

A éviter [sauf si on veut se moquer]

  • Les bijoutiers du clair de lune de Roger Vadim_1957
  • Les grandes familles de Denys de La Patellière _1958
  • Les vignes du Seigneur de Jean Boyer_1958

Les regrets

Toujours pas vu La ronde de l’aube de Douglas Sirk. Ni Kanal de Wajda. Ni Nuits blanches de Visconti. C’te honte ! Je me flagelle dans l’heure.

A l’année prochaine !

© DR/Encyclo-ciné
© DR/Encyclo-ciné

Si vous avez raté le début parce que vous dormez depuis 1945 : rendez-vous sur la page des Tops

A suivre…

2 responses to Retour vers le futur : Les 24 de 1958

  1. Orson joue la pole position aux échecs avec la Mort ! Pour ma part je retiens dans ce très beau florilège le méconnu « saddle the wind » de Parrish que j’ai vu récemment, avec la non moins sublime Julie London qui cavalait déjà derrière Gary Cooper dans le grandiose « Man of the west » !

    • FredMJG says:

      London is burning oui, dans les deux westerns de l’année.
      Bravo pour le ravalement de façade au fait. Je ne laisse pas toujours de traces mais je passe de temps en temps 🙂

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s