Festival Paris Cinéma [10e édition] Le palmarès

© André Palais/Studio 71 - Festival Paris Cinéma

Oui, je sais ce que vous allez me dire, c’est ridicule, le palmarès arrive bien avant les compte-rendus de mes journées festivalières mais bah, certains rongeant leurs freins depuis les délibérations de vendredi, je n’ai pas le cœur de vous le cacher plus avant.

Et comme nous ne pouvons rien faire comme les autres, que les films de la compétition internationale* cette année étaient de fort bonne tenue et qu’un seul à fait l’unanimité CONTRE lui, nous avons décidé en toute objectivité de mettre l’accent sur deux films.

Honneur à notre choix alors que celui des étudiants a précédé sur scène Cyril Barthet de Vodkaster (qui offrira une campagne publicitaire au film primé) en compagnie de notre cher Chris que nous [Valérie, Anna, Noémie et votre serviteur] —  diablesses que nous sommes —, avons aimablement envoyé au casse-pipe.

Vous pouvez d’ailleurs l’écouter (à défaut de le voir, mon téléphone étant des plus sommaires) parler aux spectateurs du MK2 bibliothèque de nos choix. Et ce, de fort jolie manière. Vous pouvez d’autre part entendre son fan club en bruit de fond.

* dans l’ordre de vision : Tabou de Miguel Gomes [oui, drôle d’idée de commencer par celui-ci puisqu’automatiquement la barre a été mise vraiment très haute pour ceux qui ont suivi], The king of pigs de Yeun Sang-ho, Just the wind de Bence Fliegauf, Our homeland de Yang Yong-hi, Rebelle de Kim Nguyen, Historias de Julia Murat, A simple life de Ann Hui et Beyond the Hill d’Emin Alper

****************

• Prix des blogueurs et du Web

© Shellac Distribution

Tabou/Tabu de Michel Gomes.

Comme un cadeau de noël avancé, la sortie du film est prévue pour le 5 décembre 2012. Ceux qui aiment les films ludiques, le romanesque portugais, Raoul Ruiz, l’Afrique, les voix off des matelots, le cinéma de Murnau et les crocodiles seront enchantés.

A voir sur Accréds, le tourné-monté du passage de Miguel Gomes au Festival.

****

• Coup de cœur des blogueurs et du Web

© Star Sands

Our homeland/Kazoku no kuni de Yang Yong-hi qui n’a malheureusement pas encore de distributeur en France, à l’heure où le festival se termine. Un scandale quand on voit ce qui sort parfois sur les écrans français.

Apprendre que la Corée du Nord fut un jour terre d’espérance mérite bien un coup de pouce décerné à ce film bouleversant.

****

• Prix des Étudiants + Prix du Public •

© Bona International Films Group

A simple life/Tao jie de Ann Hui à laquelle un Focus rendait hommage cette année.

Merveilleux film — ravie je suis puisqu’il faisait partie de mon peloton de tête tant les scènes de repas et la charismatique présence d’Andy Lau m’ont donné faim — dont nous espérons également qu’il trouvera vite un distributeur.

****

• Prix Numéricable •

© Happiness Distribution

Rebelle de Kim Nguyen, un beau film humaniste où l’empathie du réalisateur avec ses jeunes héros — dont l’extraordinaire Rachel Mwanza — est si patent que l’on a été fort heureux qu’il soit aussi distingué ce soir.

La sortie du film est prévue pour le 21 novembre 2012.

A voir sur Accréds, le tourné-monté du dialogue de Kim Nguyen avec le public du MK2.

****

• Prix du Jury

Avec un coup de cœur à Tabu qui nous a paru être balancé telle une injure tant le sieur de lencquesaing s’est employé à décrire le film de manière négative, les termes « noir et blanc, plans séquences, sans paroles » (nous poussant à fuir les salles) en lieu et place de « mémoire, amour, rêveries, humour » (ré-écoutez plutôt Chris ci-dessus).

© Sophie Dulac Distribution

Chaque film de la compétition a eu sa chance lors des délibérations urbaines que nous avons connues, mais sans nous être concertés, Just the wind de Bence Fliegauf a réussi à faire l’unanimité du jury des blogueurs et du web contre lui. D’ailleurs, nous nous sommes même lâchement enfuis dans le noir durant le générique pour ne même pas avoir à écouter ce que le réalisateur avait à en dire. Just the wind réussit par des choix de mise en scène particulièrement douteux à retourner comme une crêpe avariée ses bonnes intentions de départ. J’aurais tendance à affirmer que c’est un film à fuir si je n’estimais que chacun a le droit de se faire sa propre opinion. Le film sera distribué en mars 2013.

****

A noter que Tabou de Miguel Gomes et A simple life d’Ann Hui seront projetés ce jour au MK2 Bibliothèque, respectivement à 21h et 17h.

Il nous reste une dernière journée de festival que l’on clôturera avec le plus grand plaisir en compagnie de Michael Fassbender et Mia Wasikowska pour l’avant-première de Jane Eyre de Cary Fukunaga. Il paraitrait qu’il y a aussi Michael Fassbender. Une merveilleuse manière donc de reprendre une activité normale. Et en attendant le partage de notre « Palmarès WTF » concocté lors des délibérations.