MORSE de Tomas Alfredson

Ma puberté chez les vampires.

Qu’il fait donc froid dans cette misérable petite banlieue enneigée de Stockholm et que l’on s’y sent bien seul lorsque comme Oskar (excellent Kare Hedebrant), 12 ans, enfant timide de parents divorcés, on est le souffre-douleur désigné des graines de délinquant qui hantent les collèges et que l’on a la malchance de posséder un physique pour le moins équivoque.

Oskar ressemble curieusement à une gamine trop vite poussée en graine avec son joli visage pâle efféminé, ses cheveux trop blonds et son corps dégingandé. Mais sous ses dehors gauches, Oskar n’a rien d’une innocente oiselle et ses mauvaises habitudes (collectionner soigneusement des coupures de journaux relatant des crimes affreux ou attaquer les arbres au couteau en une brutale imitation de ce psychopathe de Travis Bickle*) annoncent un serial killer en devenir.

Hors donc, il était grand temps que Oskar, travaillé comme tous les adolescents de son âge par sa libido, croise le chemin d’Eli, une drôle de paroissienne. Affublé d’un prénom ambigu, la jeune fille (remarquablement interprétée par Lina Leandersson, à la beauté surannée) affiche elle aussi 12 années au compteur — bien qu’elle ne se souvienne plus en quel siècle elle les a fêtées… — ne sort que la nuit, vomit les petites friandises qu’il lui offre, a une bien étrange cicatrice intime et laisse s’exprimer sa part animale lorsque le nigaud s’entaille le doigt sacrifiant à un stupide rituel.

Oskar est transfiguré : bon sang ne peut mentir, sa voisine est une vampire. Alors, qui est l’homme qui vit avec elle ? Son père, son pourvoyeur en hémoglobine (et meurtrier désastreux), son époux, son frère, un enfant solitaire qui a vieilli près d’elle lié à jamais par un étrange contrat ? Le réalisateur Tomas Alfredson préfère laisser planer un doute délicieux.

Une mélancolie certaine dirige la vie d’Eli, mais sa survie est essentielle, toute en froide logique (Sa psyché est en cela radicalement différente de celle de Kirsten Dunst, petit vampire revanchard car coincé pour l’éternité dans un corps d’enfant**). Oskar rêve de meurtres et de vengeance, Eli a faim. Oskar est en manque d’affection, Eli a follement besoin de protection. Ces deux-là se reconnaissent enfin, puis scellent leur destin dès lors que Oskar propose à Eli de pénétrer sous son toit***, respectant à la lettre le mythe vampirique qui veut que le mal ne puisse s’introduire dans une demeure que s’il y est respectueusement invité.

Ce film fait froid dans le dos, moins par ce qu’il montre (les exactions d’Eli sont souvent filmées en ellipses ou furtivement, sous l’œil effaré de quelques témoins involontaires ; les effets spéciaux sont réduits à la portion congrue et souvent artisanaux — et de ce fait, cocasses) que par ce qu’il suggère de transgression, de bonheur dans le crime, de cruautés enfantines et d’ineffable tristesse. La violence, lorsqu’elle est filmée crûment, surprend et laisse exsangue, bien que Tomas Alfredson ne manque pas d’humour… Voir la scène de meurtre extrêmement décalée qui ouvre le film, où un homme égorgé se vide de son sang sous l’œil concupiscent d’un élégant clébard d’un blanc aussi immaculé que la neige qu’il foule.

Il est appréciable que le réalisateur, tout en décrivant un coup de foudre peu conventionnel entre deux adolescents à peine éveillés de l’enfance (et qui ne concluront jamais, à moins qu’Eli ne décide de contaminer Oskar en le mordant), injecte révérencieusement ici et là quelques rappels discrets sur les us et coutumes de la gente vampirique — la vélocité, la pâleur morbide, l’autocombustion à la lumière du jour, les transformations ; mais si Eli peut saigner, notamment lorsque Oskar découvrant le plaisir de torturer plus faible que soi ne respecte plus les conventions, ses canines ne poussent pas — qui contribuent au climat d’étrangeté de ce très beau film.

A cela s’ajoute une excellente bande sonore regorgeant de bruits insolites, gargouillis et autres sifflements qui subtilement ponctuent des images parfois fort banales et par là, inquiétantes en diable.

* Héros du Taxi driver de Martin Scorsese_1976, interprété par Robert de Niro
** Dans Interview with the Vampire : The Vampire Chronicles _Neil Jordan_1994 où la petiote est voracement croquée par un Brad Pitt affamé… Il y a pire comme destin prétendront certaines…
*** Si le titre français met l’accent sur la trouvaille d’Oskar pour communiquer plus aisément avec l’appartement d’Eli, le titre original Låt den rätte komma signifie « laissez entrer la bonne personne »

© Chrysalis Films
© Chrysalis Films

Morse/Låt den rätte komma in de Tomas Alfredson_2008
avec Kare Hedebrant, Lina Leandersson, Per Ragnar, Henrik Dahl, Karin Bergquist, Peter Carlberg et Ika Nord

14 responses to MORSE de Tomas Alfredson

  1. FredMJG says:

    ToVladkergan : Tout à fait d’accord, Morse n’a pas été écrit par un mormon, trop de chair, trop de sang, trop de sous-entendus, trop troublant !Et les paris sont ouverts sur le nombre d’écrans que pourra s’offrir le remake américain (help !!!!!)Intéressant ton blog, j’irais y jeter un œil de temps à autre.A bientôt

  2. Anonymous says:

    Et pourquoi ca s’appelle « Morse »? ps : vive les astérisques, voilà qu’enfin nom d’une pipe nous pouvons te lire en paix, sans que la parenthèse vienne s’immiscer entre nous…

  3. FredMJG says:

    Puisque banane (dé)masquée adore les astérisques mais manifestement a oublié de lire le ***, je réitère… En France, les distributeurs ont préféré mettre l’accent non pas sur les dents de la draculette car la damoiselle a une dentition des plus « normales » quoiqu’elle mange salement mais sur le fameux alphabet de ce brave Samuel qu’Oskar enseigne à Eli pour pouvoir mieux communiquer avec elle sans quitter ses appartements. De plus (oups ! j’raconte la faim !) dans les dernières images du film, alors qu’il s’enfuit avec elle visiter (et ravager) le monde, il tapote P.U.S.S. sur le couvercle de la malle où elle se dissimule, ce qui signifie en suédois « petits bisous » (source Allociné). Coquin va !

  4. Kilucru says:

    Excellente relecture du mythe, un sacré coup de jeune, un régal..comme ce morceau de Roky Erickson(drôle le nom sonne suédois mais il est texan..) bien dans la note…on le trouve aussi sur Deezer mais suis incapable de creer les liens voulus..ici cela devrait marcher ! < HREF="http://www.youtube.com/watch?v=NqRdqw0VDXw&feature=related" REL="nofollow">Night of the vampire<>

  5. FredMJG says:

    ToKilucru : Hello ! Effectivement on peut dire que Tomas Alfredson apporte un peu de sang neuf (ah ah ah) au mythe et que son film est bien plus rock’n roll que Twilight !!! Merci pour le lien vers le sieur Erickson, j’apprécie ce genre de découvertes et un type capable de chanter une ode à la Hammer ne peut décidément pas être complètement mauvais !

  6. Anthoblack says:

    Excellente critique pour un film de la plus haute qualité, figurant facilement dans mon top 10 (même si le sirupeux Twilight a aussi sa place … Hum :P).

  7. Anthoblack says:

    ToFredMJG : J'aime passer du cinéma « blockbuster » au cinéma d'auteur. L'occasion de ne jamais me lasser des deux genres… Tant que ça reste dans le fantastique au sens large. 😉

    Twilight en livre m'intéresse plus que le film.
    Et il sortira du top 10 à l'instant même où je chercherai dans ma mémoire la grande liste de films que j'ai déjà visionné et apprécié. A ce moment, il descendra à la vitesse de l'éclair vers une place moins glorieuse. Aucun doute là-dessus.
    Et « Let The Right One In » ne serait peut-être qu'à la 15e ou 20e place … ?

  8. FredMJG says:

    ToAnthoblack : Tiens, te revoilà ! Hello again donc !
    Je ne me permettrai pas d'énoncer la moindre critique sur la trilogie que je n'ai point lue… c'est juste que le film hum bon hum hum bref (j'en rirais encore si je ne m'y étais pas aussi ennuyée).
    Ou sinon, je ne suis guère du genre liste mais j'adore à louvoyer dans tous les genres itou (la preuve, j'ai quand même vu Twilight, en y allant à reculons mais je n'aurais pas demandé mieux que d'être agréablement surprise, on n'est jamais à l'abri n'est-il pas ?). Ce qui m'a particulièrement plu ici outre ce que j'ai écrit plus haut, c'est aussi la trahison quant au matériel original qui gomme ce qui aurait été trop explicite, voire glauque.
    Mais être dans un top 100 demeurerait encore une belle victoire, non ? 🙂

  9. FredMJG says:

    ToPhilSiné: Tu comprendras donc aisément que je n'ai guère envie d'aller voir un film qui dès la bande annonce me paraît expliciter tout ce qui était fort habilement suggéré ici. Bien que je trouve le petit Kodi parfaitement charmant. 😉

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Pingbacks & Trackbacks