BIENVENUE AU COTTAGE de Paul Andrew Williams

Severance : 1 – Cottage : 0.

Auteur d’un premier film remarquable (London to Brighton_2006), que ce soit dans la mature cruauté du scénario ou le jeu des acteurs, Paul Andrew Williams déçoit avec son (faux) démarquage de survival loufoque aux allures de Severance (Christopher Smith_2006).

Cette (confuse) histoire d’enlèvement de la fille d’un gangster par deux frères ennemis, qui tourne au cauchemar lorsqu’ils se retrouvent dans un village inquiétant (dont les habitants semblent sortir d’un nanar de Jean Rollin), offre quelques bons moments de méchanceté rigolarde.

La description de la sourde violence des liens fraternels (soumission de l’ainé, infantilisme brutale du cadet) est subtile et doit beaucoup à la complicité des deux acteurs principaux : Andy Serkis, au phrasé improbable (interprète, sous effets spéciaux, de Gollum et King Kong) et Reece Shearsmith, petit chauve coincé et hystérique.

Malheureusement, de bonnes idées (la phobie des papillons) tournent au simple gimmick, les hommages un peu trop appuyés à Massacre à la tronçonneuse_1974 s’égrènent aux dépens du Cottage, Paul Andrew Williams ayant oublié que la force du film de Tobe Hopper tenait dans la démente mélancolie de son héros, Leatherface, la multiplication de personnages secondaires mène à d’étranges disparitions (un montage à la serpe ?) et les changements de rythme – couplés à quelques gaffes monumentales – achèvent de nous faire perdre le fil.

Certaines scènes-choc peu ragoutantes – mais foncièrement désopilantes – rappelle au cinéphile ému le Street trash de J. Michael Muro_1987 et confirment notamment le talent de Jennifer Ellison, supposée victime et vraie bimbo acariâtre, dont la confrontation avec le « monstre » restera dans les mémoires.

Au final, le scénario de Bienvenue au cottage souffre d’un vrai défaut d’écriture comme si Paul Andrew Williams comme si Paul Andrew Williams s’était contenté d’emprunter quelques (bonnes) références au cinéma gore sans avoir d’autre enjeu que de surfer sur la nouvelle vague des comédies horrifiques anglo-saxonnes.

Bienvenue au cottage/The cottage de Paul Andrew Williams_2008
avec Andy Serkis, Reece Shearsmith, Jennifer Ellison et Dave Legeno

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s