Retour vers le futur : Les 64 de 1969

1969 dans le viseur de Zoom Arrière.

443 sorties d’après Encyclo-Ciné et 125 de vus… Sans compter les inédits.

Comment le dire ? Persuadée par Gainsbarre et son Gainsborough que 1969 était nécessairement érotique, je me suis dévouée en des temps lointains pour gratter un semblant d’édito car il faut savoir que le taulier de Nage nocturne (entre autres coupables activités) et fondateur de Zoom arrière brame chaque année en espérant des volontaires. De temps à autre, on prend pitié.

Mal m’en a pris de dire oui sans consulter notre bible. 1969 au cinoche sent bien plus la poudre que le f***** euh… ne nous égarons pas.

Votre serviteur est donc en charge de « l’édito » de 1969…

Je ne ferai aucun commentaire désobligeant sur le premier de la liste, ce n’est pas faute d’avoir essayé de souffler la bonne réponse à mes co-pilotes.

Vous trouverez ci-après quelques amuse-gueules*, parce que j’aime beaucoup les livres d’image aussi. Et comme je ne fais pas que des conneries, mais que j’en écris aussi pas mal, si par quelque perversité vous souhaitiez en savoir plus sur l’égrènement de mes souvenirs (d’ailleurs, vous le voulez, sissi !), vous êtes hautement priés/invités/invités volontaires/sommés de vous rendre sur la page de Zoom arrière, en 1969. Car il me faut reconnaître que le patron est d’une élasticité à toute épreuve et laisse ses ouailles libres de leurs écrits. N’ayant guère la fibre historienne, je n’ai point péroré sur la grande aventure du cinéma (je laisse cette priorité au gâteux** suisse génial**) mais bien plutôt emprunté à Pérec sa litanie du Je me souviens…

Que puis-je vous dire d’autre que… bonne lecture ? Et surtout, bons films ! Car oui, même si certains sont radins comme pas deux (je ne donnerai pas de nom, pour qui me prenez-vous ? Allez sur le site, bougre de !) en matière de distribution d’étoiles, vous pouvez piocher les yeux fermés dans mes favoris.

* Cliquez sur l’image (parfois deux fois) pour ne pas risquer d’endommager votre 10/10
** Rayez la mention inutile

© Les films de la Pléïade
© Les films de la Pléïade
© Finanzia San Marco, Warner Brothers/Seven Arts, Tigon British Film Productions, The Mirisch Corporation, Mafilm Aetos Produzioni Cinematografiche, Mosfilm, Arturo González Producciones Cinematográficas, Les Films Corona, Office National pour le Commerce et l'Industrie Cinématographique, Les Films de la Boétie, Gendai Eigasha, Alta Vista Productions, Les Films du Losange, Produzioni Europee Associati, Chretien, Associated British Elstree Studios, Mapa Filmes, Jerome Hellman Productions, The associates & Aldrich Company
© Finanzia San Marco, Warner Brothers/Seven Arts, Tigon British Film Productions, The Mirisch Corporation, Mafilm Aetos Produzioni Cinematografiche, Mosfilm, Arturo González Producciones Cinematográficas, Les Films Corona, ONCIC, Les Films de la Boétie, Gendai Eigasha, Alta Vista Productions, Les Films du Losange, Produzioni Europee Associati, Chretien, Associated British Elstree Studios, Mapa Filmes, Jerome Hellman Productions, The associates & Aldrich Company

La vingtaine héroïque

  • Il était une fois dans l’Ouest/C’era una volta il West de Sergio Leone_1968
  • La horde sauvage/The wild bunch de Sam Peckinpah_1969
  • Le grand Inquisiteur/Witchfinder General de Michael Reeves_1967
  • The party de Blake Edwards_1968
  • Silence et cri/Csend es kialtas de Miklós Jancsó_1967
  • Théorème/Teorema de Pier-Paolo Pasolini_1968
  • Andreï Roublev/Andrej Rublev de Andreï Tarkovski_1967
  • Le dernier face-à-face/Faccia a faccia de Sergio Sollima_1967
  • L’armée des ombres de Jean-Pierre Melville_1969
  • Z de Costa-Gavras_1968
  • Que la bête meure de Claude Chabrol_1969
  • Eros plus massacre/Erosu purasu Gyakusatsu de Yoshishige Yoshida_1969
  • Le masque de la mort rouge/The masque of the red death de Roger Corman_1964
  • Ma nuit chez Maud de Eric Rohmer_1969
  • Colorado/La resa dei conti de Sergio Sollima_1966
  • Saludos hombre/Corri, uomo, corri de Sergio Sollima_1968
  • Cérémonie secrète/Secret ceremony de Joseph Losey_1968
  • Antonio das mortes/O dragão da maldade contra o santo guerreiro de Glauber Rocha_1969
  • Macadam Cowboy/Midnight Cowboy de John Schlesinger_1969
  • Le démon des femmes/The legend of Lylah Clare de Robert Aldrich_1968

Les inédits

  • La vierge violente/Gewalt! Gewalt: shojo geba-geba de Koji Wakamatsu_1969
  • Naked bullet/Otoko goroshi onna goroshi-hadaka no judan de Koji Wakamatsu_1969
  • Violence sans raison/Gendai sei henzai zekkyo hen : ryu naki boko de Koji Wakamatsu_1969
  • Double suicide à Amijima/Shinjû: Ten no Amijima de Masahiro Shinoda_1969
  • Beatrice Cenci/Liens d’amour et de sang de Lucio Fulci_1969
  • La bête aveugle/Môjû de Yasuzô Masumura_1969
  • La plaisanterie/Zert de Jaromil Jires_1969

Les challengers

  • Satyricon/Fellini Satyricon de Federico Fellini_1969
  • More de Barbet Schroeder_1969
  • Rachel, Rachel de Paul Newman_1968
  • Joe Caligula de José Bénazéraf_1966
  • Le grand amour de Pierre Etaix_1968
  • Guêpier pour trois abeilles/The honey pot de Joseph L. Mankiewicz_1967
  • Porcherie/Porcile de Pier-Paolo Pasolini_1969
  • Easy rider de Dennis Hopper_1969
  • Le crime c’est notre business/The split de Gordon Flemyng_1968
  • Adalen 31 de Bo Widerberg_1969
  • La honte/Skammen de Ingmar Bergman_1967
  • Bullitt de Peter Yates_1968
  • Un shérif à New York/Coogan’s bluff de Don Siegel_1968
  • Mon oncle Benjamin de Edouard Molinaro_1969
  • If de Lindsay Anderson_1968

Trintignant made in Italy

  • Le grand silence/ll grande silenzio de Sergio Corbucci_1967
  • La mort a pondu un œuf/La morte ha fatto l’uovo de Giulio Questi_1967
  • En cinquième vitesse/Le coeur aux lèvres/Col cuore in gola de Tinto Brass_1967 [Le « machin » de l’année]

Des nouvelles de la maison Hammer

  • Le retour de Frankenstein/Frankenstein must be destroyed de Terence Fisher_1969
  • Les vierges de Satan/The devil’s bride de Terence Fisher_1968
  • Dracula et les femmes/Dracula has risen from his grave de Freddie Francis_1968

Les westerns

  • Willie Boy/Tell them Willie Boy is here de Abraham Polonsky_1968
  • La chevauchée de la vengeance/Ride lonesome de Budd Boetticher_1958
  • Les chasseurs de scalps/The scalphunters de Sydney Pollack_1968
  • Les cent fusils/100 rifles de Tom Gries_1968
  • Sartana/Sei incontri Sartana pregna per la tua morte de Gianfranco Parolini_1968

Les anarchistes

  • Merci ma tante/Grazie zia de Salvatore Samperi_1967
  • La fiancée du pirate de Nelly Kaplan_1969
© DR
© DR

La Nouvelle Vague [Avantage Chabrol parce que ! cf. ci-dessus]

  • La femme infidèle de Claude Chabrol_1968
  • La sirène du Mississippi de François Truffaut_1968
  • One plus One de Jean-Luc Godard_1968

Le documentaire

  • La rosière de Pessac de Jean Eustache_1968
Marlon beau comme un camion, donc ©  Gina Production
Marlon beau comme un camion, donc © Gina Production

Le film auquel j’ai compris que pouic la première fois (et les suivantes) que je l’ai vu mais Marlon y est beau comme un camion et vaut bien que l’on perde quelques neurones

  • La nuit du lendemain/The night of the following day de Hubert Cornfield_1968

Les « oui, la guerre c’est moche »

  • Duel dans le Pacifique/Hell in the Pacific de John Boorman_1968
  • Un château en enfer/Castle keep de Sydney Pollack_1969
  • La charge de la brigade légère/The charge of the light brigade de Tony Richardson_1968
  • Enfants de salauds/Play dirty de André De Toth_1968
©  Flora Film
© Flora Film

Le pré-giallo

  • L’adorable corps de Deborah/Il dolce corpo di Deborah de Romolo Girolami_1967
    N.B. Le col roulé de Jean Sorel (qui répond dans le film au doux prénom de « Marcel ») est spécialement dédicacé à l’attention du taulier de Pop and Films

Le film où l’on se dit qu’entre Trintignant, Milian et il maestro Morricone, y avait une sacrée bande de stakhanovistes en 1969

  • Le clan des Siciliens de Henri Verneuil_1969
© DR
© DR

Le film archi-vu (que certains estiment sur-côté) mais qui mériterait une 3ème étoile (et il n’est nullement besoin de préciser pourquoi)

  • La piscine de Jacques Deray_1968

Les découvertes tardives [et plutôt rigolotes. Merci Artus]

  • Le retour de Kriminal/Il marchio di Kriminal de Fernando Cerchio_1967
  • Joe l’implacable/Joe l’implacabile de Antonio Margheriti_1966
  • Un train pour Durango/Un treno per Durango de Mario Caiano_1967
  • L’orgie des vampires/Il mostro dell’opera de Renato Polselli_1961-64

L’autre machin de l’année [sans Trintignant mais avec le couple Redgrave/Nero]

Quelques films de genre à (re)découvrir

  • Au service secret de Sa Majesté/On her majesty’s secret service de Peter Hunt_1969
  • Les confessions d’un fumeur d’opium/Confession of an opium eater de Albert Zugsmith_1962
  • La maffia fait la loi/Il giorno della civetta de Damiano Damiani_1967
  • L’homme perdu/The lost man de Robert-Alan Aurthur_1969
  • Isadora de Karel Reisz_1968
  • Une poignée de plombs/Death of a gunfighter de Robert Totten & Don Siegel_1969
  • Pendulum de George Schaefer_1968
  • Quand les aigles attaquent/Where eagles dare de Brian-G. Hutton_1968
  • Les 4 de l’Ave Maria/I quattro dell’Ave Maria de Giuseppe Colizzi_1968
  • Les géants de l’Ouest/The undefeated de Andrew V. McLaglen_1969
© Blazer Films
© Blazer Films

La bizarrerie où on se dit que le cockney et le soleil, ça fait deux (mais c’est pas grave, on le dévorerait bien quand même)

  • Jeux pervers/The magus de Guy Green_1968

Les comédies

  • L’escalier/Staircase de Stanley Donen_1969
  • Le cerveau de Gérard Oury_1968
  • Le diable par la queue de Philippe de Broca_1968
  • Funny Girl de William Wyler_1968
  • Le lion en hiver/The lion in winter de Anthony Harvey_1968
  • Clérambard de Yves Robert_1969
©  Romana Film
Edwige et son bikini spécial traversée de la jungle, Collection été 69 © Romana Film

La The nana dans un gros nanar (qui doit faire les délices des soirées inisfreennes)

  • Samoa, fille sauvage/Samoa, regina della giungla de Guido Malatesta_1967

Le film qui prouve qu’une suite sans Ursula ne peut être une bonne idée

  • La déesse des sables/The vengeance of She de Cliff Owen_1967
Guilala, c'est plus fort que toi ! ©  Shôchiku Eiga
Guilala, c’est plus fort que toi ! © Shôchiku Eiga

L’inénarrable monstre de l’année qui écrabouille plein de petites maquettes tout partout

  • Itoka, le monstre des galaxies/Uchu daikaiju Girara de Kazui Nihonmatsu_1967

A boire et à manger [et c’est plus ou moins étouffe-chrétien]

  • Destination Zebra, station polaire/Ice Station Zebra de John Sturges_1968
  • La mutinerie/Riot de Buzz Kulik_1968
  • La Femme en ciment/Lady in Cement de Gordon Douglas_1968
  • Chantage à la drogue/The Strange Affair de David Greene_1967
  • Un homme qui me plaît de Claude Lelouch_1969
  • Jeff de Jean Vautrin_1968
  • L’or de MacKenna/MacKenna’s gold de John Lee-Thompson_1968
  • Hibernatus de Edouard Molinaro_1969
  • Les griffes de la peur/Eye of the cat de David-Lowell Rich_1969
  • Krakatoa, à l’est de Java/Krakatoa : East of Java de Bernard-L. Kowalski
  • La bataille de San Sebastian de Henri Verneuil_1967
  • L’homme sauvage/The stalking moon de Robert Mulligan_1968
  • Etranger signe-toi/Straniero fatti il segno della croce ! de Demofilo Fidani_1967
  • Les étrangers de Jean-Pierre Desagnat_1968
  • Sébastien parmi les hommes de Cecile Aubry_1967
  • Sept Hommes pour Tobrouk/La battaglia del deserto de Mino Loy_1969
  • La bataille d’Angleterre/Battle of Britain de Guy Hamilton_1969
  • Les femmes de Jean Aurel_1969
  • Le pont de Remagen/The bridge at Remagen de John Guillermin_1969
  • Une veuve en or de Michel Audiard_1969

Les euh… sans vouloir dire de choses méchantes, il y a suffisamment de films ci-dessus et au-delà pour ne pas s’attarder sur cette liste ci-après

  • Une corde, un colt de Robert Hossein_1968
  • Erotissimo de Gérard Pirès_1968
  • Sous le signe du taureau de Gilles Grangier_1968
  • Fleur de cactus/Cactus Flower de Gene Saks_1969
  • Les colts des sept mercenaires/Guns of the magnificent seven de Paul Wendkos_1968
  • Le temps des amants/Amanti de Vittorio De Sica_1968 (Non, Marcello, Catherine t’allait mieux au bras)
  • Maldonne de Sergio Gobbi_1968
  • La bataille d’El Alamein/La battaglia di El Alamein de Giorgio Ferroni_1968
  • Sweet charity de Bob Fosse_1968
  • Le bourgeois gentil mec de Raoul André_1969
  • Les chemins de Katmandou de André Cayatte_1969
  • L’arbre de Noël de Terence Young_1969
  • La honte de la famille de Richard Balducci_1969
  • Les bérets verts/The green berets de John Wayne_1967 (brrrrr)

Le retard qu’il me faut rattraper

  • L’enfance nue de Maurice Pialat_1968
  • La voie lactée de Luis Bunuel_1969

Vous trouverez chez Zoom arrière quelques réflexions inédites des protagonistes qui se sont affrontés cette année là.

Mais ici, le mot de la fin revient sans contexte à Jean-Louis Trintignant, grand triomphateur de l’année, qui aurait sans aucun doute soufflé à Tomás Milián le prix d’interprétation masculine si Zoom arrière en décernait un.

©  Adelphia Compagnia Cinematografica
© Adelphia Compagnia Cinematografica

A l’année prochaine !

Si vous avez raté le début parce que vous dormez depuis 1945 : rendez-vous sur la page des Tops

A suivre…

6 responses to Retour vers le futur : Les 64 de 1969

  1. foxart4 says:

    Ah oui, l’enfance nue est à voir d’urgence, un de mes films de chevet, je le trouve plus beau à chaque fois 😉

    Le grand Inquisiteur = FAN !!!
    The party Idem

    Théorème itou
    Andreï Roublev c’est beau mais c’est chiant ^^

    L’armée des ombres adoration éternelle
    Z = ❤
    Que la bête meure un des meilleurs Chacha

    Macadam Cowboy so sad…

    Beatrice Cenci un de mes Fulci préfrérés

    Satyricon un de mes Fellini barrés préférés

    La fiancée du pirate = archi fan

    La sirène du Mississippi un de mes Truffaut chouchou

    L’escalier je l'adore celui là, une comédie plus amère tu meurs

    Et là, en lisant tes tops, à chaque fois, je me sens tout merdeux parce que je n'en ai pas vu le quart ^^

    • FredMJG says:

      L’enfance nue, je l’emprunte à ma DVDthèque préférée dès que je rentre.
      et pour le reste, mon petit, tu es jeune, je suis une vieille dame (indigne) et je crois que pour les tops de ces dernières années, tu me bats à plate coutures (en nombre de films vus, pas en qualité, je le crains ^^)
      Prends des notes…

  2. Vincent says:

    Superbe ton Trintignant animé, je te le pique. « Samoa », je ne l’ai pas encore vu mais sur la dame, tu connais bien mes goûts :). Sinon en fait pas grand chose à dire, sinon que tu en as vu un sacré paquet, juste pour relever le western de Robert Hossein qui n’est pas si mal que ça (j’en avais un souvenir mortel, mais je l’ai revu et ça passe). Rien de clivant quoi entre deux amateurs de tous ces beaux westerns qui sentent la poudre et la sueur à défaut du f… mais je m’égare. Bise.

    • FredMJG says:

      Hello !
      Fais toi plaisir 🙂
      Si tu veux Samoa, dis le moi, je dois l’avoir qui traine quelque part.
      Y a des années comme ça où je me dis que j’ai quand même été sacrément privilégiée 🙂
      J’ai été très méchante avec un des Corbucci sur 70 ^^
      Mais y a des westerns comme ça, je peux pas. Il faudrait en fait que j’essaie de revoir tous les Hossein mais à mon avis je vais rester sur mon quant-à-moi. Pour imiter ce brave Orlof, mon top 3 demeure : Le vampire de Dusseldorf, Toi le venin et Les salauds vont en enfer. (Raspoutine, j’ai ri).

  3. Vincent says:

    « Samoa », je veux bien, je ne résiste pas à Edwige en pagne 🙂
    Pour le Corbucci, j’imagine que c’est son ouesterne avec Johnny, je ne sais pas pourquoi, beaucoup de gens ont du mal avec lui (ouaf). Moi j’avais trouvé ça pas mal, surtout Fabian (encore !) dans son bain. On ne se refait pas.

    • FredMJG says:

      OK, dès que je remets la main dessus il est à toi (ne sois pas trop pressé). Je peux très bien résister à Françoise dans son bain ^^ Mais Johnny ne peut entrer en compétition face à Franco, Tomas et Jack :p

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s