L’Étrange Festival 2012, Jour 4 [09/09/12]

© Régine Cirotteau

Résumé de l’épisode précédent.

Journée passable, une migraine ophtalmique m’empêchant de réfléchir profiter pleinement du petit programme que j’avais concocté.

Motorway de Soi Cheang, produit par Milky Way, est un film proprement réalisé et interprété, rondement mené mais — excepté une séquence dans un parking — guère inventif et vient donc s’ajouter à la longue liste des films de série B quelque peu soporifiques. PS. Si Rurik Sallé de chez Mad Movies pouvait arrêter de survendre les films et, accessoirement, de nous en dévoiler la fin lors de ses présentations, ce serait bien aimable de sa part. Merci d’avance.

Lubie soudaine, je change de programme, j’abandonne les nazis de Iron sky pour les squelettes animés de Afterschool midnighters de Hitoshi Takekiyo. Parfois, je ferais mieux d’aller me coucher. Quoiqu’il en soit, l’histoire est plaisamment parodique ; un écorché vif hystérique, des lapins mafieux et une mouche mutante — j’avoue un plaisir singulier devant l’apparition de cet insecte depuis que j’ai visionné Eega — s’agitent inconsidérément face à trois impossibles gamines que l’on lapiderait avec plaisir juste pour qu’elles se taisent. On peut donc sans problème y emmener les gamins. Au-delà de dix ans, s’abstenir sauf si vos neurones ont besoin d’une récréation. Et que vous aimez les comédies musicales tarabiscotées. Et les machins délicieusement farfelus.

Hormis le plaisir de revoir sur grand écran le glauquissime Dead of night de Bob Clark — où l’on retrouve ironiquement le couple de Faces, John Marley et Lynn Carlin se déchirant encore et toujours —, je dois reconnaître que la remarquable performance de 7weeks a définitivement anesthésié la partie gauche de mon crane. C’est donc la mort dans l’âme que j’ai abandonné la seconde partie du programme de L’étrange musique pour aller récupérer quelque peu mes esprits devant The mutations de Jack Cardiff, présenté dans le cadre des Pépites de l’étrange…

Je me retrouve donc à l’ouest, là où résidait manifestement Donald Pleasence lorsqu’il accepta de participer à cette bizarrerie. Homme de science maboule (pléonasme) et féru de greffes, il s’emploie à transformer tous les humains qui lui tombent sous la main — dont de peu farouches demoiselles — en un mix entre le chou-fleur et la créature du lac noir. A noter que The mutations avait pour titre initial The freakmaker et qu’il fut réalisé après La motocyclette et surtout le brutal Dernier train du Katanga. Jack Cardiff se consacra par la suite à sa vocation de directeur de la photographie.

Ma lancinante migraine refusant obstinément de lâcher prise, j’ai pris le chemin du retour, annulant de fait, mais sans regret, la nuit Zombies. Juste histoire de pouvoir profiter un maximum de cette fin de week-end qui promet quelques morceaux de bravoure.

A noter que le total frappadingue Subconscious cruelty de Karim Hussain est projeté ce jour à 21h00 dans la salle 300 du Forum des images.

*****

14h45. Le banni/The outlaw d’Howard Hughes

****

17h. A chinese ghost story de Wilson Yip

****

19h. Los Chidos d’Omar Rodriguez-Lopez [Interview]

****

21h30. Bullet collector d’Alexander Vartanov

****

A consulter : Programme complet par salles

2 responses to L’Étrange Festival 2012, Jour 4 [09/09/12]

  1. foxart4 says:

    Oh, c’est con, t’as raté les zombies du cul… 😦
    Et pourquoi tu ne lui dis pas à Rurik Sallé de ne pas spoiler… C’est vrai que c’est chiant….
    Ou alors faut se boucher les oreilles pendant qu’y cause…
    Dead of night sur grand écran LE RÊVE !!! Quel grand film !!!
    Le Banni, je crois que j’ai ça quelques part en DVD…
    Les fantômes chinois m’ont toujours emmerdé… ch’ais pô pourquoi…
    Et Bullet collector… soit c’est tout ce que je déteste, soit c’est tout ce que j’adore, je ne saurais dire.
    J’aime bien l’étrange androgynie diaphane du jeune acteur dans cette débauche de violence très esthétisante…

    • FredMJG says:

      Bah je m’en remettrais. J’ai préféré passer une bonne nuit la tête dans le frigo que de me gâcher mes deux derniers jours de plein festiv’.
      J’y ai dit au Rurik. Là, je vais embarquer mes boules quies et à chaque apparition, hop !
      J’ai vu TOUS les fantômes chinois. Aaaargh ! Leslie Cheung, boundiou que ce garçon était joli ! et quand il joue les gros benêts, j’adore. Bref. C’est un reboot 🙂
      Arrête de baver sur les jeunes garçons. Je te dirais demain ce que vaut le nouveau cinéma russe et où en est le cinéma mexicain craignos.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Pingbacks & Trackbacks

  1. […] La salle 500, moins comble qu’à son habitude, a raisonné pendant une heure et demie des sons discordants du Pere Ubu Film Group  tandis que la candide Mary (Candace Hilligoss) — encouragée au chant par David Thomas — n’en finit pas de comprendre qu’elle doit renoncer au monde des vivants dans le Carnival of souls de Herk Harvey. Et il était plus que temps de rentrer. Et de réécouter ce matin 7 weeks qui avait été invité à jouer le Dead of night de Bob Clark lors de L’Etrange Festival de 2012 . […]