Etre [ou ne pas être] dans le bain. L’oubli

Johnny Depp dans From hell d’Allen et Albert Hughes_2001

Quand il n’abandonne pas son esprit aux volutes opiacées, l’inspecteur Frederick Abberline tend à s’absenter dans la chaleur de l’absinthe.

Et fort obligeamment, cet expert dans l’art de la détente hallucinatoire nous offre — entre deux découvertes macabres — la recette idéale pour vagabondage des sens vers des temps plus sereins et oubli bienheureux des horreurs à venir.

Pour soigner spleen, à-quoi-bonisme ou migraines persistantes.
Verser deux doigts de la fée verte dans un verre de cristal.
Déposer quelques gouttes de laudanum sur un sucre. Enflammer astucieusement la friandise au-dessus de la liqueur. Enfin, la fondre dans l’alcool avant dégustation. Ne pas omettre auparavant de se glisser dans un bain brûlant. Savourer en parallèle un excellent cigarillo.

Si ses manières peu orthodoxes de mener une enquête — dénicher Jack L’éventreur dans des rêveries fantasmatiques — lui seront fatales, le pouvoir ne tenant guère à l’aube du XXe siècle que des roturiers se mêlent de trop près des licencieuses affaires de l’empire, chasser le dragon sera pour lui la meilleure façon d’échapper définitivement à l’œil de Londres.

© UFD

A suivre…

Envie de comparer salles d’eau, menus accessoires et grande lessive ? Rendez vous donc sur la page Des baignoires et des hommes.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s