LA JOURNÉE DE LA JUPE de Jean-Paul Lilienfeld

Le petit bouffon est mort.

Pour son énième retour au cinéma (ou presque, puisque La journée de la jupe était initialement destiné au petit écran), Isabelle Adjani frappe très fort.

Après avoir éclipsé par son extravagante tenue son metteur en scène et attisé l’imagination du public et les quolibets de la presse lors de la Cérémonie des Globes de cristal en février dernier, elle prouve ici si besoin était, qu’à défaut d’avoir su vieillir gracieusement, son talent d’actrice est intact. Nonobstant, il nous est parfois difficile de supporter la vision de son visage bouffi par les toxines.

Dans le rôle d’un professeur de collège dans une ces banlieues dites sensibles, camée aux antidépresseurs, tentant quoiqu’il lui en coûte d’inculquer un peu de la beauté de la langue de Molière à des élèves récalcitrants, où elle se montre enfin sans fard ni artifice, son évidente implication* et son jeu singulier empreint de théâtralité font tout l’intérêt de La journée de la jupe, qui possède malheureusement les défauts de ses bonnes intentions.

Contrepoint idéal (par son traitement abrupt et mal élevé) au film de Laurent Cantet, Entre les murs, dont il pourrait passer pour le remake nihiliste et claustrophobe, La journée de la jupe (huis clos étouffant d’où sourd une sombre angoisse) a le mérite de poser une foultitude d’excellentes questions — sur l’éducation, l’intégration et les clivages communautaires entre autres — sans prétendre donner de leçons en retour. Toutefois, outre que le téléfilm de Jean Paul Liliefeld souffre d’un manque cruel de moyens, le réalisateur dilue inopportunément son propos (une cartographie de la peur dans nos sociétés actuelles, excellent sujet pour un Dossiers de l’écran particulièrement explosif) dans des intrigues secondaires sans grand intérêt.

La tragédie qui advient du côté des portes cadenassées de cette salle de classe transfigurée en petit théâtre des humiliations quotidiennes est si captivante, troublante, voire surréaliste, que l’agitation venant de l’extérieur paraît comme plaquée. Les violents échanges entre Isabelle Adjani (exaltée et abîmée, occasionnellement triviale) et sa classe de jeunes égarés intolérants, sans autre avenir que celui tout tracé par leurs propres contradictions, auraient mérité de ne pas se laisser phagocyter par une accumulation de clichés : les mésaventures conjugales d’un négociateur au bord de la crise de nerfs (Denis Podalydès, bien falot) et la charge conjointe contre les médias**, des services de l’ordre excités de la gâchette (l’ahurissant Yann Colette, égal à lui-même) et une ménagerie politique aussi méprisante que paternaliste.

Mais Jean-Paul Lilienfeld peut être reconnaissant envers son actrice principale. Cette diablesse d’Adjani parvient à nous émouvoir sans que l’on arrive à déterminer si la tristesse qui nous étreint est inspirée par le destin tragique de son personnage ou la carrière chaotique d’une grande comédienne hantée par son image.

* La mythologie adjanienne est parfaitement exploitée, de ses débuts à la Comédie Française à ses origines kabyles, en cheminant par les dangers de haute solitude d’une starisation poussée à l’extrême
**A noter que Jackie Berroyer est parfait (cela devient une habitude) en chef d’établissement, prompt devant les caméras du journal télévisé à accabler son employée, montrant pour elle le même mépris sexiste que ses élèves manifestent à l’endroit de leurs congénères féminines.

© Rezo Films
© Rezo Films

La journée de la jupe de Jean-Paul Lilienfeld_2009
avec Isabelle Adjani, Denis Podalydès, Yann Collette, Nathalie Besançon, Khalid Berkouz, Yann Ebongé, Sonia Amori, Kevin Azaïs, Sarah Douali et Marc Citti

6 responses to LA JOURNÉE DE LA JUPE de Jean-Paul Lilienfeld

  1. vierasouto says:

    Vu Adjani hier soir à la TV, elle a changé, même la voix est beaucoup plus naturelle, elle se la joue moins intello, c’est un bon virage. Bien sûr, on peut faire un parallèle avec Mickey Rourke et « The Wrestler », l’amalgame rôle/acteur. Bon, maintenant, on les a vu bouffis, ils ont surmonté la tyranie de l’apparence (il vaut mieux être moche, on vieillit mieux) et basta! PS. Pas vu « Calvaire »!!! et pourtant, je suis fan de J.Berroyer…

  2. FredMJG says:

    ToViera : Tout à fait ! signé une moche qui vieillit bienPS. Pour Calvaire, on s’accroche bien le cœur et on essaie de le dénicher en DVD

  3. Edisdead says:

    Tout ça aurait pu, aurait dû être bien : cette volonté de bousculer le spectateur, de faire naître une tension, de dériver vers le théâtre, voire l’absurde… Mais c’est au final si lisse et l’exposé est si « scolaire », que rine n’accroche. Et ce contrepoint autour de Podalydès, qui nous force à sortir régulièrement du seul endroit où il pourrait se jouer quelque chose d’intéressant, quelle mauvaise idée… Bon, j’admets quand même moi aussi, qu’Adjani va au charbon sans s’économiser, chapeau !

  4. FredMJG says:

    ToEdisdead : Hello ! Bon, soyons franche (une fois n’est pas coutume), ce film n’est supportable (et regardable) que parce qu’Adjani est là… Le même téléfilm sans elle et j’oubliais où s’allumait ma télé !Et s’il sort au cinéma, merci aussi (d’ailleurs, je crois bien que sur l’affiche, ils lui disent merci à Bernard, mais là, il s’appelle Isabelle) à la donzelle qui a daigné s’intéresser à la bête. Et voui, le scénario est bancal, et voui again, y a pas trop de sous, et vouiche qu’il n’y a pas photo mais Laurent Cantet (hors Entre les murs, je préfère L’emploi du temps d’ailleurs, sur le côté suspense angoissant avec économie totale de moyens), c’est pas la même pointure que Lilienfeld… Voilà, c’est dit !Mais peut-être que l’Adjani va arrêter de faire sa mijaurée et tourner un peu plus !

  5. Edisdead says:

    C’est ce que j’allai dire : Z (Zed?) is dead, mais surtout, Dick Laurent is dead, aussi. Enfin, pour Edisdead, voir sur le disque « Come on Pilgrim » (1987) des gigantesques Pixies.

  6. FredMJG says:

    ToEdisdead : Tout d’abord, merci de confirmer que même si j’ai touché le fond, j’peux encore creuser… et ensuite toutes mes félicites pour ta culture musicale

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s