X-FILES RÉGÉNÉRATION de Chris Carter

La vérité est au fond de la bible.

C’était le bon temps… I want to believe aux extraterrestres bramait Mulder, foutaises rétorquait la scientifique Scully avant de se faire enlever et de subir les derniers outrages intergalactiques…

Fans de X Files la série, passez votre chemin ! L’époque où ce grand fou de Foxy et sa Dana partaient à la chasse aux petits hommes verts est définitivement révolue.

Dix ans après l’arrêt de la série et un premier long métrage qui fleurait bon le prétexte marketing et n’a guère marqué les esprits, Scully vient supplier Mulder d’aider le FBI qui enquête sur la disparition d’un de leurs agents parce que Gillian Anderson a désespérément besoin de ce travail. David Duchovny, tributaire d’un agenda d’enfer (bitures et pelotages en règle au service de Californication) n’est pas très chaud… jusqu’à ce qu’il croise la charmante Amanda Peet (simple appât, dont les scénaristes se débarrassent sans vergogne dès la seconde bobine au terme d’une course-poursuite haletante).

S’ensuit la rocambolesque rencontre avec leur principal interlocuteur, un « voyant », ancien prêtre pédophile (tête de Dana Scully, toujours très proche de son crucifix) qui pour faire bonne mesure, entre deux messages que lui envoie son seigneur, tente d’attendrir les deux agents sur sa triste condition en les informant qu’il s’est lui-même émasculé pour résister à la tentation… Quand on apprend finalement qu’un des malfaisants est une de ses anciennes victimes, se faisant refaire un corps tout neuf à coup de morceaux de donzelles par un docteur Frankenstein à fort accent russe, on se dit qu’il faudrait tout de même que Chris Carter et son scénariste Frank Spotnitz arrêtent les champis !

Le spectateur hésite alors entre la franche rigolade (Mulder balance quelques blagues lourdingues aux fins de choquer ses ex-collègues, le laboratoire où le bon docteur tranche et raccommode fleure bon la gangrène, le jingle de Mark Snow retentit lorsque le fameux couple s’arrête l’air perplexe devant la photo de George W. Bush… ah ah ah, très drôle !) et la tristesse la plus profonde devant ce salmigondis judéo-chrétien.

Mulder et Scully se lançant aux trousses de serial killers dégénérés, cela aurait pu donner un bon thriller dans la droite ligne des deux dernières saisons (où s’étaient illustrés Robert Patrick et Annabeth Gish) teintées des accents névrotiques de la très paranoïaque série Millennium, autre création de Chris Carter. Rien de tel ici. Tout au plus, retrouvons-nous Scully toujours aussi bigote et pleurnicharde, flanqué d’un Mulder contrariant au possible… Et tous deux de nous jouer les Doris Day et Rock Hudson de l’ère religieuse. Du reste, lorsque Fox laissera un message à sa dulcinée, ce ne sera pas en traçant le fameux X qui ont fait leur gloire mais à coup de saintes écritures. Et le fan de base d’aller se se pendre.

Ce qui intéresse désormais Chris Carter, c’est le couple et le chemin spirituel de Scully (à un moment, Gillian veut abandonner parce qu’elle vient de se rendre compte que le scénario est totalement nul et que sa carrière est définitivement fichue vu que c’est encore ce satané Duchovny qui a toutes les scènes marrantes et qui en profite pour tirer à nouveau la couverture à lui, mais Don’t give up ! lui assène le curé qui a trop écouté Peter Gabriel entre deux hallus). Nonobstant, le réalisateur s’offre même — histoire d’enfoncer le clou — une apparition parfaitement gratuite et quasi christique dans les couloirs de l’hôpital très catholique où officie désormais la mère courage, en butte aux crises de foi des prêtres de l’administration… un comble !

Cette histoire de Mengele aux petits pieds, d’un farfelu absolu, apparait surtout comme une négation de la série (sans compter que l’on a la désagréable sensation que Carter, désormais tout en génuflexions, crache allègrement dans la soupe) et la preuve d’un manque cruel d’inspiration.

Finalement, les deux seuls dossiers non classés de ce I want to believe (Régénération en VF, rions un peu avec les traducteurs) sont l’insolente jeunesse de Mitch Pileggi/ Skinner qui n’a pas pris une ride en une décennie et Xzibit, déguisé en agent du FBI…

© Twentieth Century Fox France
© Twentieth Century Fox France

X-Files Régénération/The X-Files: I want to believe de Chris Carter_2008
avec David Duchovny, Gillian Anderson, Amanda Peet, Billy Connolly, Xzibit, Mitch Pileggi, Callum Keith Rennie, Nicki Aycox

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s