Des films et des dieux à l’aune de la cinéphilie [Questionnaire Cinématique] — Q. 1 à 10

Nobody f*** with the Jesus Quintana ©  Polygram Filmed Entertainment
Nobody f*** with the Jesus Quintana © Polygram Filmed Entertainment

De la religion 1/2

Après Eros, Thanatos, Narcisse & les politicards, Ludovic, fondateur de Cinématique, nous soumet à la question religieuse qui secoue de tant de remous notre misérable planète.

N’étant guère friande du — ni experte sur le — sujet, je vais tenter de ne pas trop m’étendre, mécréante que je suis.

1. Parmi tous ceux qui ont été représentés au cinéma, quel est votre dieu préféré ?

© Universal Pictures
© Universal Pictures

Morgan Freeman qui se barre en vacances et s’en lave les pognes en laissant la barre à un taré monomaniaque dans Bruce almighty de Tom Shadyac_2003.

*****

2. Quel édifice religieux, présent dans un film, vous a donné envie de vous y attarder ?

Deux églises que l’on restaure.

© Columbia Pictures
© Columbia Pictures

Celle florentine* de Obsession de Brian de Palma_1976 où une rencontre semble-t-il fortuite scelle définitivement le destin de Cliff Robertson et de Geneviève Bujold, fausse réincarnation de son épouse disparue mais en réalité chair de sa chair, sang de son sang.

©  Casey Productions
© Casey Productions

Celle, vénitienne** de Don’t look now de Nicolas Roeg_1973, où un Donald Sutherland torturé par la culpabilité s’est exilé pour oublier la mort accidentelle de sa fille.

Quoiqu’il en soit, deux histoires de père et de fils fille.

* Basilica di San Miniato al Monte pour les extérieurs & l’église toscane de San Gimignano pour les intérieurs.
** Chiesa di San Nicolo dei Mendicoli. Source : imdb

*****

3. Quel personnage de prêtre vous a le plus marqué ?

©  Russo Productions
© Russo Productions

Le fort urbain Urbain Grandier, incarné par ce gredin de Oliver Reed dans Les diables/The devils de Ken Russell_1971.

*****

4. Quel est le film le plus blasphémateur que vous connaissez ?

Où débute le blasphème ? Et qui le définit ? Où se niche la provocation ? Et qui la relève ? Bref.

©  Universal Pictures
© Universal Pictures

Je tenterais comme réponse La dernière tentation du Christ/The last temptation of Christ de Martin Scorsese_1988 bien que je n’y vois personnellement rien que de très humain. Mais comme des timbrés ont jugé bon d’incendier un cinéma pour en empêcher la projection…

©  Les Productions Artistes Associés
© Les Productions Artistes Associés

Et je n’ose imaginer ce qui arriverait à Pier Paolo Pasolini si l’on sortait en nos jours d’ultra-politiquement corrects son Salo ou les 120 jours de Sodome/Salò o le 120 giornate di Sodoma_1975. Ah oui, pardon. Il l’a payé. Cher. Mais est-ce bien un film blasphémateur ? Non. A moins que l’on n’en vienne à considérer le fascisme comme sacré. Un film sur le blasphème permanent de certains, plutôt.

*****

5. Quel Jésus de cinéma vous semble le plus fidèle à l’original ? Et le moins ?

La fidélité à l’original ? En technicolor et cinémascope ? Avec des projecteurs en guise d’apparition divine ? Allons donc !

Robert Ilnedevraitpasêtrepermisd'êtreaussibeau Powell © ITC
Robert Ilnedevraitpasêtrepermisd’êtreaussibeau Powell © ITC

Ceci posé, n’ayant jamais eu le loisir de rencontrer ce monsieur, je ne peux que présumer en lui beauté divine et charisme au vu de ses exploits. Alors, remettons la récompense au bien trop beau pour être honnête Robert Powell, héros de Jesus de Nazareth de ce bachibouzouk de Franco Zeffirelli_1977.

Quant au moins… Nonosbtant, le seul, l’unique, vous l’aurez tous reconnu. Jesus Quintana/John Turturro dans The big Lebowski de Joel et Ethan Coen_1998.

DERNIÈRE MINUTE. On oublie tout et on va se convertir illico après la vision (ha ha ha, jeu de mot) de Histoire de Judas de Rabah Ameur-Zaïmeche et de son Jésus incarné par Nabil Djedouani.

© Potemkine Films
© Potemkine Films

*****

6. Pour quel film mythologique, avez-vous un faible ?

©  Orion Pictures
© Orion Pictures

Excalibur de John Boorman_1981. Parce que Morgane > Galadriel et que (tout) le monde n’en finit jamais vraiment de chercher son graal.

*****

7. Quel est votre film de moines (ou de nonnes) favori ?

Valse hésitation, le cinéma aimant à s’imiscer dans des couvents envahis de nonnes plus ou moins gratinées.

©  The Archers
© The Archers

Le plus troublant, Le narcisse noir/Black narcissus de Michael Powell & Emeric Pressburger_1947 avec Deborah Kerr et Flora Robson.

© Film Polski Film Agency
© Film Polski Film Agency

Le plus frustré, Mère Jeanne des anges/Matka Joanna od aniolów de Jerzy Kawalerowicz_1961 avec Lucyna Winnicka dont le rôle fut ensuite repris avantageusement par Vanessa Redgrave dans Les diables de Ken Russell (cf. Q 3).

© Mondo Macabro
© Mondo Macabro

Le plus envouté, Satanico Pandemonium de Gilberto Martinez Solares_1975 avec Cecilia Pezet.

*****

8. Parmi les films abordant la religion juive, quel est votre préféré ?

©  Agav Hafakot / Les films du Losange
© Agav Hafakot / Les films du Losange

Mises à part les singulières « comédies du mariage » (ou la religion comme moyen supplémentaire d’oppression des femmes) d’Amos Gitai — Kadosh_1999 — et de la fratrie Ronit et Shlomi Elkabetz dont l’excellent Procès de Viviane Amsalem/Gett sorti l’année passée évoque les tourments religieux sous le mode de l’absurdité la plus totale (et la plus intense hypocrisie),

© Focus Features
© Focus Features

A serious man de Joel et Ethan Coen_2009, avec ses airs de ne pas y toucher.

© PAGU
© PAGU

Mais aussi et surtout, bien qu’il évoque plus un mythe que la religion. Quoique. L’impressionnant Golem/Der Golem, wie er in die Welt kam de Carl Boese & Paul Wegener_1920.

*****

9. Même question pour l’islam ?

Oublions Le message de Moustapha Akkad_1976, parce que je n’ai pas vu la version arabe avec Abdullah Gaith et que dans la version internationale, bah, Anthony Quinn, il est gentil mais bon, ça n’est pas possible : syndrome Lawrence d’Arabie avec Tony (encore lui !) et Alec en princes arabes… Je ris.

©  Das Films
© Das Films

When we were kings de Leon Gast_1996 feat. un de ses plus enthousiastes représentants, Muhammad Ali. Il serait intéressant de savoir combien de conversions il y eut à Kinshasa en 1974 après sa victoire contre Foreman.

*****

10. Quel film a su le mieux traduire l’intensité du monde païen ?

©  Svensk Filmindustri
© Svensk Filmindustri

Häxan/La sorcellerie à travers les âges de Benjamin Christensen_1922.

©  British Lion Film Corporation
© British Lion Film Corporation

Et sur un mode plus ludique mais tout autant fascinant, The wicker man de Robin Hardy_1973.

*****

Le gif de la mi-temps
***

Source : The chive
Source : The chive.com

A suivre ici

11 responses to Des films et des dieux à l’aune de la cinéphilie [Questionnaire Cinématique] — Q. 1 à 10

    • FredMJG says:

      Tss tss tss La question cause de « prêtre » et non de prêcheur ou sinon tu penses bien que mon faux pasteur de Powell/Mitchum à moi y aurait eu une place de choix 🙂

  1. Lalalère says:

    Bah, prêtre ou prêcheur ……. ici Gallo cause bien du God (loves you) de toute façon.

    • FredMJG says:

      Ouais tu me diras c’est du pareil au même question prosélytisme… Gallo il se loves lui ! Qu’est-ce qu’il devient au fait ?

      • Lalalère says:

        Eh bien je suppose qu’il continue à s’aimer fort et à en vendre le résultat sur le web ☺
        Dans le même registre « doué mais rare » je demande Casey Affleck …. Ezra Miller, lui, est bien vivant. Il va reviendre bientôt, ouf !

        • FredMJG says:

          Mouah ah ah
          Bon ben Casey tu y a eu droit dans Interstellar de quoi te plains tu ? Il serait joli en soutane 🙂 Et Ezra pourrait jouer la brebis égarée… Hoooooooooot

  2. dasola says:

    Bonjour FredMJG, à propos du Jésus de Nazareth de Zeffirelli, j’ai réécouté, la critique de Jean-Louis Bory à l’époque (dans l’émission Le masque et la plume): tordant. Il l’a descendu en flammes. Sinon, pour Excalibur, j’adore, c’est le premier que j’ai vu deux fois quand il est sorti. Sublime rien que pour Helen Mirren en fée Morgane. Bonne après-midi.

    • FredMJG says:

      Hello Dasola.
      Zeff’ mérite qu’on le flagelle ! Et Bob Powell que l’on se noie dans son regard.
      Excalibur ne souffre aucun rival quant à la légende arthurienne.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Pingbacks & Trackbacks