Le non-top de 2013 [et une dernière minute]

Comme il existe des non-anniversaires, il y a cette année — qui avait pourtant débuté sous d’excellents auspices grâce à la première édition du FFAST — un non-top qui s’explique aisément, quelques aléas de la vie m’ayant empêché d’aller au cinéma une bonne moitié de cette chiennerie de saloperie de daube de 2013.

Suivent donc, par ordre d’apparition dans les salles, quelques films qui auront marqué mes premiers mois de 2013 durant lesquels je ne me doutais guère que la peur d’Abraracourcix s’insinuerait dans ma réalité.

Mais ayant à nouveau hanté les salles obscures en ce dernier week-end de 2013 et, lors, ma maigrichonne moisson cinéma s’achevant sur une damnée folie furieuse, nul doute que le nouveau millésime sera meilleur, à tous points de vue (croisons névrotiquement nos doigts cinéphiliques).

*****

© Jour2Fete
© Jour2Fete

Aujourd’hui d’Alain Gomis

© Metropolitan FilmExport
© Metropolitan FilmExport

The master de Paul Thomas Anderson

© Eurozoom
© Eurozoom

Ultimo Elvis/El último Elvis de Armando Bo

© Rezo Films
© Rezo Films

Blancanieves de Pablo Berger

© Epicentre Films
© Epicentre Films

La demora de Rodrigo Plà

© Mars Distribution
© Mars Distribution

Spring breakers de Harmony Korine

© Wild Bunch
© Wild Bunch Distribution

Mystery de Lou Ye

© StudioCanal
© StudioCanal

The place beyond the pines de Derek Cianfrance

© A3 Distribution
© A3 Distribution

Alps de Yorgos Lanthimos

© Independencia Distribution
© Independencia Distribution

Los salvajes de Alejandro Fadel

© Eurozoom
© Eurozoom

Stories we tell de Sarah Polley

© Wild Side Films / Le Pacte
© Wild Side Films / Le Pacte

Berberian Sound Studio de Peter Strickland

© Jour2Fete
© Jour2Fete

La playa/La playa D.C. de Juan Andrés Arango Garcia

© Happiness Distribution
© Happiness Distribution

Paradis : Espoir/Paradies: Hoffnung [loin devant Amour/Paradies: Liebe et Foi/Paradies: Glaube] de Ulrich Seidl

© Le Pacte
© Le Pacte

La séquence pré-générique de Post Tenebras Lux de Carlos Reygadas

© Wild Side Films / Le Pacte
© Wild Side Films / Le Pacte

Only god forgives de Nicolas Winding Refn

©  Wild Side Films / Le Pacte
© Wild Side Films / Le Pacte

Magic magic de Sebastián Silva

© Version originale / Condor
© Version originale / Condor

Shokuzai de Kiyoshi Kurosawa

© Les Films du Losange
© Les Films du Losange

L’inconnu du lac de Alain Guiraudie

© Ad Vitam
© Ad Vitam

A touch of sin de Jia Zhang-ke
[avec la réplique de l’année qui flingue dans tous les sens du terme : Je te tue avec mon argent, prononcé par un trou du cul qui a oublié, aveuglé par le mépris, que le fait d’être riche ne le rendait pas immortel et donc guère imperméable à l’attaque revancharde de l’humiliée qu’il soufflette gaillardement d’une liasse de billets]

*****

Dernière minute
*****

Rémi et Félix, les comparses d’Il a osé préparant un bilan top/flop de leurs complices en blogosphère (et de leurs lecteurs, n’hésitez donc pas à envoyer vos propres listes à l’adresse suivante : ilaose.leblog@gmail.com) m’ayant enjointe à leur donner un petit classement, je rajoute donc ci-dessous mes préférences (et mes excuses par avance à tous ceux que j’ai laissés sur le bas-côté) et mes cauchemars (que je préfère généralement oublier).

La danza de la realidad © Pathé Distribution
La danza de la realidad © Pathé Distribution

Top

  1. A touch of sin de Jia Zhang-ke
  2. Shokuzai de Kiyoshi Kurosawa
  3. Aujourd’hui d’Alain Gomis
  4. The master de Paul Thomas Anderson
  5. Stories we tell de Sarah Polley
  6. La danza de la realidad de Alejandro Jodorowsky [vue le 1/01/14, l’année va être fantastique]
  7. Only god forgives de Nicolas Winding Refn
  8. Berberian Sound Studio de Peter Strickland
  9. Paradis, la trilogie de Ulrich Seidl [avec dans l’ordre Espoir, Amour et Foi]
  10. Spring breakers de Harmony Korine

Flop [du pire au presque supportable… surtout rapport au pire]

  1. Just the wind de Bence Fliegauf
  2. Hansel et Gretel de Tommy Wirkola
  3. Maniac de Franck Khalfoun
  4. Hitchcock de Sacha Gervasi
  5. Dead man down de Niels Aeden Oplev
  6. Mobius de Eric Rochant
  7. Oblivion de Joseph Kosinski
  8. Trance de Danny Boyle

Je devrais d’ailleurs ajouter à cette liste le Die hard 5 rappelé par le flop de Nolan, moitié de De son cœur le vampire, mais en toute honnêteté, je l’ai déjà oublié.