Etre [ou ne pas être] dans le bain. La dissidence

Dalton Trumbo, écrivain, scénariste, réalisateur et l’un des « Dix d’Hollywood »

Victime du maccarthysme et de sa grande gueule, cela ne l’empêcha pas, exilé au Mexique, de continuer d’écrire dans son endroit favori ingénieusement aménagé et ce, sous divers pseudonymes, pour le cinéma (qui lui permet de remporter l’oscar du meilleur scénario pour Les clameurs se sont tues/The brave one de Irving Rapper_1956, récompense que personne ne vient réclamer).

Rappelé sous les lumières d’Hollywood dans les années 60 par respectivement Otto Preminger pour Exodus et Kirk Douglas pour Spartacus, Dalton Trumbo réalisera dix ans après son seul et unique film, adaptation de son roman, Johnny got his gun, chef d’œuvre impérissable et Grand prix du jury à Cannes en 1971.

Merci à @wildsidecats pour le souvenir. Ce post est également dédié à l’éphéméride de @Docpierrot1.

© DR

A suivre…

Envie de comparer salles d’eau, menus accessoires et grande lessive ? Rendez vous donc sur la page Des baignoires et des hommes.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s