Etre [ou ne pas être] dans le bain. La fourberie

Eli Wallach dans Il buono, il brutto, il cattivo/Le bon, la brute et le truand de Sergio Leone_1966

When you have to shoot, shoot. Don’t talk.

Pour Tuco/Eli Wallach, Sancho Pança aussi fourbe que laid de l’homme sans nom (curieusement prénommé ici Blondin/Clint Eastwood), au sens de l’amitié follement élastique, le monde se divise en deux catégories : les caves et les débrouillards aussi avides que sournois.

Mais on peut être un satané gredin et n’en avoir pas moins un certain sens de l’hygiène. Entre deux simagrées et les neurones transis par un trésor enterré, Tuco — la plus belle canaille que le western européen ait engendrée — se décrasse de tous ses péchés alors que la guerre de Sécession fait rage, que la ville est bombardée, qu’il vient d’échapper à cette crapule de Sentenza/Lee Van Cleef et que tous ceux qu’il n’a pas encore définitivement flingués sont à ses trousses.

© Produzioni Europee Associati (PEA)Tout en s’amusant avec les bulles d’un bain trop parfumé, notre coquin n’en oublie pas d’immerger aussi son pistolet dans le cas bien peu hypothétique où un rancunier vienne à passer.

Tuco en mouvement

© Produzioni Europee Associati

A suivre…

Envie de comparer salles d’eau, menus accessoires et grande lessive ? Rendez vous donc sur la page Des baignoires et des hommes.

4 responses to Etre [ou ne pas être] dans le bain. La fourberie

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Pingbacks & Trackbacks