Eros au cinéma 6/7,5

Faux-semblants/Dead ringers de David Cronenberg © MK2

Sixième round. Questions 26 à 30 de l’investigation de Ludovic de Cinématique.

26. Quel est pour vous le plus beau plan de femme ou d’homme endormi ?

Dana Andrews endormi devant le portrait de Laura – et rêvant qu’elle en descend – dans le film d’Otto Preminger_1944

© Twentieth Century Fox

************

27 et 28. Quelle actrice ou quel acteur a su vous montrer la plus belle nuque ?

Ayako Wakao dans Tatouage/Irezumi de Yasuzo Masumura _1966

© Zootrope Films

Masaya Kato dans Crying Freeman de Christophe Gans 1995 (où, par ailleurs, dans une superbe scène, Mark Dacascos subit à son corps défendant une séance de tatouage du genre « musclée »)

© Metropolitan Export

Et le dos de Marlon Brando dans Un tramway nommé désir/A streetcar named desire d’Elia Kazan_1951

© Warner Bros

************

Le plus beau sexe ?

Tout beauté étant relative, je me contenterais de lister :

Le plus surprenant : Jaye Davidson dans The crying game de Neil Jordan_1992

© DR

Le plus imbibé : Viggo Mortensen dans The indian runner de Sean Penn_1990

© Columbia Pictures Corp.

Le plus ludique : Stellan Skarsgard dans Breaking the waves de Lars Von Trier_1996

© Les films du Losange

Le plus inspirant : Daniel Craig dans Love is the devil/Study for a portrait of Francis Bacon de John Maybury_1998

© BBC

Le plus statufié : Michael Feast dans Meurtre dans un jardin anglais/The draughtsman’s contract de Peter Greenaway_1982

© Channel Four Films

Le plus rare : Clive Owen dans Close my eyes de Stephen Poliakoff_1991

© Film Four International

Le plus littéraire : Ewan McGregor dans The pillow book de Peter Greenaway_1996

© Channel Four Films

Le plus radical : Tony Leung dans Lust, caution d’Ang Lee_2008

© UGC

Le plus martyrisé : Ralph Fiennes dans The baby of Mâcon de Peter Greenaway_1994

© Black Forest Films

Les plus « figure imposée » : le casting complet de Oz, série créée en 1997 par Tom Fontana

© HBO

Le plus savoureux : Alan Howard dans The cook, the thief, his wife and her lover de Peter Greenaway_1989

© Erato Films

Le plus exhibitionniste : Vittorio Mezzogiorno dans L’homme blessé de Patrice Chéreau_1983

© Gaumont

Le plus flippé : Jeroen Krabbé dans Le quatrième homme/De vierde man de Paul Verhoeven_1984

© VNF

Le plus loufoque : Mathieu Amalric dans L’histoire de Richard O. de Damien Odoul_2007

© Bac Films

Le plus paillard : Rudger Hauer Turkish délices de Paul Verhoeven_1973

© VNF

Le plus surexploité : Rocco Siffredi chez Catherine Breillat (entre autres)

© CB Films

Le plus « combat de gladiateurs » : Oliver Reed et Alan Bates dans Women in love de Ken Russell_1969

© United Artists

Le plus sournois : Marilyn Chambers dans Rage/Rabid de David Cronenberg_1976

© CFDC

Le plus fantasmatique : Lisa Lyon dans Les trois couronnes du matelot de Raoul Ruiz_1982

© Films A2

************

29. Vous prenez miraculeusement, au sein d’un film, la place d’un potentiel partenaire sexuel : lequel ?

La place de Jean-Hugues Anglade dans L’homme blessé de Patrice Chéreau_1983 dans la scène où Vittorio Mezzogiorno se décide enfin à lui rouler un palot.

© Gaumont

Le rôle de Jude Law (et il n’est pas sûr alors que je laisse gagner Jennifer) ou éventuellement de Jennifer Jason Lee (et Jude donc, peut commencer de numéroter ses abattis) dans Existenz de David Cronenberg_1999 juste histoire de tester leur joujou.

© UFB

************

30. Quelle voix vous a le plus troublé au cinéma ?

En VF. Jean Louis Trintignant,un des rares acteurs dont on entende le sourire lorsqu’il dialogue hors champ

© Les films Corona

En VO, Alan Rickman

Alan Rickman/Evil Joe chantant Intelligence dans Help, I’m a fish/A fish tale de Michael Hegner et Stefan Fjeldmark

Sans oublier le délicieux accent de Patrick Bauchau (qui possède en outre un joli dos, une belle nuque, un sourire renversant, de délicieuses fossettes et des pieds superbes… la vie est injuste, oui)

« Le bonheur sans nuage, quelle tristesse »

************
A la semaine prochaine !

************
Et si vous avez raté le début :