Eros au cinéma 5/7,5

Cabaret de Bob Fosse © Allied Artists Pictures

Cinquième round. Questions 21 à 25 de l’investigation de Ludovic de Cinématique.

21. Quelle est la scène (ou le film) ayant le mieux stimulé votre goût ?

La scène : Béatrice Dalle dévorant Nicolas Devauchelle dans Trouble every day de Claire Denis_2001 et tant pis si c’est quelque peu salissant.

© Rezo Films

Le film : Sans hésitation Tampopo de Juzo Itami_1985 et il est en outre permis de rire entre deux bouchées…

© Itami Productions

22. Quelle est votre comédie musicale préférée ?

The Rocky Horror Picture Show de Jim Sharman_1975

© Twentieth Century-Fox Film Corporation

Touch-a touch-a touch-a touch me par Susan Sarandon, Patricia Quinn et Nell Campbell

Et comment pourrais-je me lasser de Christopher Walken dans Pennies from heaven d’Herbert Ross_1981 ?

© MGM

Let’s Misbehave de Cole Porter interprétée par Irving Aaronson and His Commanders

23. En inversant le principe de La Rose pourpre du Caire, si vous pouviez pénétrer dans un film, lequel choisiriez-vous ?

Orlando de Sally Potter_1992 pour goûter enfin à la confusion des genres (entre autres amusements).

Same person. No difference at all… just a different sex. Orlando

© Adventures Pictures

24. Quelle est votre scène muette entre deux amants préférée ?

Le jeu du chat et de la souris dans le Metropolitan Museum of Art de New York dans Pulsions/Dressed to kill de Brian de Palma_1980 avec Angie Dickinson.

© Filmways pictures/briandepalma.online.fr

25. Quel film vous a toujours semblé manquer d’une ou de plusieurs séquences érotiques ?

Message personnel : Cher Ludovic, si je puis me permettre, la vraie question à se poser est plutôt celle-ci : quels films comportent des scènes prétendument érotiques dont nous nous passerions bien volontiers ? Le recensement des réponses serait interminable, j’en conviens.

Cette 25ème question est terrible ! Le premier film qui me vient à l’esprit est Le jour le plus long/The longest day de Ken Annakin, Andrew Marton et Bernard Wicki. C’était bien la peine d’avoir tant de jolis garçons au générique… « 42 international stars! » annonçait fièrement la tagline et pas un qui se désape pendant 3 heures ! oui, c’était bien long…

A jeudi !

************
Et si vous avez raté le début :