Eros au cinéma 3/7,5

Troisième round.

Questions 11 à 15 de l’investigation de Ludovic de Cinématique.

11. Si vous pouviez prolonger une séquence soudain interrompue, quelle porte fermée rouvririez-vous, quel rideau tiré écarteriez-vous ou quel panoramique s’esquivant vers le décor anodin, redresseriez-vous ?

J’ai plutôt la sale manie de changer la fin d’un film quand elle ne me plaît pas… de même qu’à extrapoler quelque peu quand je vois deux cowboys rouler enlacés dans la poussière ou que les héros se regardent un peu trop longuement dans les yeux…

Exemples — au hasard — Ben Hur et Messala, qu’il s’agisse de la version muette de Fred Niblo Ben-Hur : A Tale of the Christ_1925 avec Ramon Novarro et Francis X. Bushman (« How splendid you look !« ) ou du regard fripon que lance Stephen Boyd à ce grand dadais de Charlton Heston qui n’y perçoit goutte pour William Wyler en 1959.

© Photoplay Productions
© MGM

Quant à la discussion enflammée sur la longueur de leur pistolet entre Montgomery Clift et John Ireland (affublé du prénom de « Cherry » !!! comment s’étonner ensuite que les spectatrices aient de mauvaises pensées) dans Red river_1948, leur frémissant et très « énervant » duo vire illico à ce qu’Ang Lee a crument filmé dans Brokeback mountain_2005 dès lors que John Wayne a le dos tourné ou s’embrouille avec sa moitié, Walter Brennan.

© Charles K. Feldman Group
© Alberta Film Entertainment
© Charles K. Feldman Group
© Alberta Film Entertainment

Par contre, une des scènes les plus frustrantes est sans nul doute celle de La leçon de piano de Jane Campion_1993 lorsque cette grande cruche de Sam Neill qui se meurt pourtant d’amour pour son épouse infidèle la stoppe net alors qu’elle s’apprête à jouer de son instrument… Non mais quelle nouille !

© The Australian Film Commission,

Pour ceux qui auraient un trou de mémoire, la scène est (encore) disponible sur YouTube : minutes 5:44 à 6:40
************

12 et 13. Quelle actrice ou quel acteur a su vous montrer la plus belle poitrine ?

Râââââââââââââh !

© Universal/Bob Willoughby

Bon, et maintenant, les filles, Bob* va soulever une demi-paupière…

© Universal/Bob Willoughby

… et Marlon va se rhabiller (assurément l’une des scènes les plus obscènes d’Un tramway nommé désir d’Elia Kazan_1951)

© Warner Bros. Pictures

Les plus belles dents ?

Jack Nicholson en général et dans Wolf de Mike Nichols_1994 en particulier.

© Herb Ritts – © Columbia Pictures

Et quand je vois celles de Benicio del Toro, je meurs d’impatience de le découvrir dans The wolfman de Joe Johnston…

© DR – © Universal Pictures

Le plus beau sourire désarmant : Ewan McGregor

© DR

Les plus belles fossettes : Eric Roberts

© Greg Gorman

LA fossette :

Vintage : Kirk Douglas (avec Janet Leigh dans The vikings de Richard Fleischer_1959)

© Brynaprod S.A.

Contemporaine : Viggo Mortensen

© DR

************

14. Vous êtes enfermé jusqu’au matin, avec le partenaire de jeu de votre choix, dans un musée berlinois qui a reconstitué des centaines de décors de films. Lequel choisissez-vous pour votre nuit ?

Un décor « naturel » : la sinueuse rivière peuplée d’étranges animaux de La nuit du chasseur, pour m’abandonner avec ce bon pasteur Powell au fameux jeu du « cours après moi que je t’attrape »…

© United Artists

La fuite sur la rivière dans The night of the hunter/La nuit du chasseur de Charles Laughton_1955

Mais n’importe quelle forêt ferait l’affaire, si je peux y croiser de préférence des loups et Terence Stamp, ou Sam Neill, voire un enchanteur prénommé Nicol…

Sarah Patterson dans The company of wolves/La compagnie des loups de Neil Jordan_1984

Holly Hunter et Sam Neill dans The piano de Jane Campion_1993

Nicol Williamson/Merlin et Helen Mirren/Morgana dans Excalibur de John Boorman_1981

************

15. Quel est pour vous le mot, la phrase ou le dialogue le plus empreint de sensualité ?

La phrase : « Never stray from the path, never eat a windfall apple and never trust a man whose eyebrows meet in the middle. » Angela Lansbury dans The company of wolves de Neil Jordan_1984

M’est avis que la grand-mère de Rosaleen/Sarah Patterson aurait pu également l’instruire sur les coquins qui peuvent toucher leur nez avec leur langue…

© ITC

Le mot : « Because I’m a fucking CAVEMANv» Clive Owen dans Closer de Mike Nichols_2004. A écouter à 1:06…

Le dialogue : Humphrey Bogart et Lauren Bacall discutant race chevaline et compétences de jockeys dans The big sleep/Le grand sommeil de Howard Hawks_1946

Vivian: Speaking of horses, I like to play them myself. But I like to see them workout a little first, see if they’re front runners or comefrom behind, find out what their whole card is, what makes them run.
Marlowe: Find out mine?
Vivian: I think so.
Marlowe: Go ahead.
Vivian: I’d say you don’t like to be rated. You like to get out in front, open up a little lead, take a little breather in the backstretch, and then come home free.
Marlowe: You don’t like to be rated yourself.
Vivian: I haven’t met anyone yet that can do it. Any suggestions?
Marlowe: Well, I can’t tell till I’ve seen you over a distance of ground. You’ve got a touch of class, but I don’t know how, how far you can go.
Vivian: A lot depends on who’s in the saddle.

Source : imdb

© Warner Bros Pictures

* Dans Cape fear_1962 de Jack Lee Thompson (et Martin peut demander à de Niro de remballer ses tatouages et de se rhabiller, merci)

************

A mercredi !

© Icarus Productions

************
Et si vous avez raté le début :

9 responses to Eros au cinéma 3/7,5

  1. FredMJG says:

    ToJordane : 1/ Pourquoi « en CE moment » ?
    2/ Va donc lire chez le Ludo qui travaillent avec quoi mon grand et tu reviendras m'en dire des nouvelles… Et n'hésite surtout pas à poser ton hormone sur l'autel 😉

  2. Mat B says:

    Ah non, mais le fait de ne pas du tout avoir envie de me soumettre à ce questionnaire, ne m'empêche pas de prendre grand plaisir à voir les réponses que tu y as trouvées !

  3. Vincent says:

    Et bien voilà des réponses tout à fait enthousiasmantes. Mis à part Brando qui ne me convainc pas des masses, j'adore la fossette de Douglas père, les métaphores hippiques, la poitrine de Mitchum que je ne peux qu'envier et puis bien sûr les brillantes prises de bec de « Red River ». Quand je disais que Hawks était un maître de l'érotisme, je suis ravi de voir qu'il touche les dames comme les messieurs.
    La suite, la suite !

  4. FredMJG says:

    ToMatB : Sache que la soumission a du bon parfois lorsqu'il s'agit de replonger dans ses meilleurs souvenirs 😉

    ToVincent : Qu'est-ce qui ne marche pas avec Marlon ? le fait qu'il soit trop féminin ou qu'il ne prenne pas grand chose au sérieux ?
    En tout état de cause je crains de ne pas en avoir totalement fini avec lui^^

    Quant à Hawks, je n'ai jamais caché que Cooper (dans Ball of fire) ou Grant (dans Bringing up baby) étaient à croquer et j'aurais volontiers balancé une droite à Wayne (dans tout et n'importe quoi)…

    « La suite, la suite ! »…
    Quelle suite ? 😀

  5. Ludovic says:

    Quelle cinémathèque ! Il y aussi une belle forêt propice aux rapprochements dans « La fille de Ryan », l'avez-vous vu ?

  6. FredMJG says:

    ToLudovic : Ryan's daughter ! oui oui oui je l'ai vu l'année de sa sortie, à un âge un peu trop tendre… En fait, j'aurais volontiers gambadé avec l'instituteur (qui portait fort bien la chemise de nuit si ma mémoire est bonne…), ne me demandez pas pourquoi 🙂
    Bien que je comprenne volontiers que les garçons soient très attirés par Sarah Miles… voici un film dont j'aurais volontiers changé la fin !

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s