Eros au cinéma 1/7,5

Videodrome de David Cronenberg © Canadian Film Development Corporation (CFDC)

Ludo’s game. Et voici donc — en sept rounds et demi — mes réponses à l’investigation de Ludovic de Cinématique. Aujourd’hui, questions 1 à 5. ************

1. Quel est votre plus ancien souvenir d’émoi érotique ayant un lien avec le cinéma ?

Etre confrontée dès le berceau à l’étrange univers de Laurel & Hardy ou aux rêveries égrillardes d’un vagabond ne laisse en général présager rien de bon pour l’avenir…

© Hal Roach Studios

Their first mistake/Laurel et Hardy, bonnes d’enfants de George Marshall_1932

© Roy Export Company Establishment

Sunnyside/Une idylle aux champs de Charlie Chaplin_1918 ************

2. Quels films (un par décennie depuis les années 20) représentent pour vous le summum de l’érotisme ?

Années 20. The wind/Le vent de Victor Sjöström_1928

© MGM

Années 30. The most dangerous game/Les chasses du comte Zaroff de Ernest B. Schoedsack et Irving Pichel_1932

© RKO Radio Pictures

Années 40. Black Narcissus/Le narcisse noir de Michaël Powell et Emeric Pressburger_1947

© The Archers/Universal

Années 50. The night of the hunter/La nuit du chasseur de Charles Laughton_1955

© Paul Gregory Productions

Années 60. Suna no onna/La Femme des sables de Hiroshi Teshigahara_1964

© Toho film

Années 70. Performance de Donald Cammel et Nicolas Roeg_1970

© Goodtimes Enterprises/Warner Bros Pictures

Années 80. Videodrome de David Cronenberg_1983

© CFDC

Années 90. The adjuster d’Atom Egoyan_1991

© Alliance Entertainment

Années 2000. Masahista/Le masseur de Brillante Mendoza_2005

© Equation/Swift

************

3 et 4. Quel acteur a su vous montrer la plus belle chevelure ?

Gary Oldman. Ce type est infernal, la moindre moumoute lui sied !

Dans Dracula de Francis Ford Coppola © American Zoetrope

Nonobstant, cette gredine de Dalila n’avait pas tort, rien ne vaut un homme tondu… Ainsi la seule scène foncièrement émoustillante de Natural born killers d’Oliver Stone_1992 est-elle celle où Woody Harrelson se débarrasse de ses boucles blondes en un effarant hommage à un certain colonel Kurtz…

© Warner Bros. Pictures

En conséquence, ce n’est certes pas Francis Ford Coppola qui filme le crâne de Marlon Brando dans un jeu d’ombres et de lumières qui me contredira…

© Zoetrope Studios

Par contre, en ce qui concerne les plus belles bacchantes, personne n’arrive aux chevilles de Viggo !

************

Les plus beaux pieds ?

Tellement beaux, les pieds de Viggo, qu’il en oublie toujours de finir de s’habiller pour la photo…

************

5. Si tout comme dans La Rose pourpre du Caire, un personnage devait sortir de l’écran et vous accompagner quelques jours avant de disparaître à jamais, qui serait-il?

Je concède le droit à Aragorn/Viggo Mortensen de venir (en compagnie de son cure-dents, et accessoirement de Boromir) m’expliquer en quel honneur une elfe décide de renoncer à l’immortalité pour lui… En échange il aura droit à un shampouinage pointes grasses parce qu’il le vaut bien.

© Fantasy Films

Par contre, je déconseillerais fortement à sa seigneurie de tenter de m’échapper ou je lui rejoue un remake de Jitsuroku Abe Sada/La Véritable histoire d’Abe Sadade Nobor Tanaka_1975 avec Junko Miyashita

© Nikkatsu

************ A jeudi !

************ Et si vous avez raté le début :