La poudre d’escampette

© The Richard Avedon Foundation

Willy Ronis  [14/08/10-12/09/09]

La rue offre à l’esprit curieux un spectacle permanent.

A voir :
Willy
Ronis, photographe d’un siècle sur Mediapart
Rencontres à Arles avec Willy Ronis en juillet 2009 sur Culturebox
Une autre vidéo peut être consultée sur le site du Parisien où le photographe décrypte quelques-unes de ses œuvres, dont Le nu provençal de 1949.

A lire : J’ai fait de la photo buissonnière toute ma vie, Willy Ronis interviewé par L’Express en décembre 2008.

Photos © Willy Ronis/Agence Rapho

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ci-dessus dans l’ordre d’apparition :

  • Willy Ronis, Paris 2005 par Richard Avedon
  • Front populaire, 14 juillet 1936
  • Pluie place Vendôme, Paris, 1947
  • Vacance d’été, 1946
  • Les gamins de Belleville, 1959
  • Deena de dos, 1955
  • Le caveau de la Huchette, 1957
  • Les adieux, 1963
  • Avenue Simon Bolivar, 1950
  • La leçon d’écriture, 1946
  • Joinville, 1947
  • Le nu provençal, 1949
  • Megève, 1938
  • Vincent endormi, 1946
  • Le petit parisien, 1952
  • Nuit au chalet, 1935
  • Chantal, Avignon, 1946
  • Jeanne, Avignon, 1972
  • La Ciotat, 1947
  • Chez Victor, 1955
  • On va à l’école, 1959

4 responses to La poudre d’escampette

  1. Ch. Sanchez says:

    Il aura fallu que j'attende sa mort pour découvrir son nom. Ses photos, je les ai vues plusieurs fois et je l'ai attribuées à chaque fois à Doisneau.
    Quelle inculture !
    🙂

  2. FredMJG says:

    Mais non… entre Le baiser de l'hôtel de ville (1) de Doisneau, les bécoteurs du Sidewalk Cafe, boulevard Diderot (2) de Cartier-Bresson et Les amoureux de la Bastille (3) de Willy Ronis – et tous trois considérés comme les fondateurs du mouvement humaniste – il y a de quoi ne plus savoir où donner de l'affection 😀

    (1) http://mannerofspeaking.files.wordpress.com/2009/05/doisneau.jpg
    (2) http://4.bp.blogspot.com/_VJcoMZV3jP4/SihlVBIRltI/AAAAAAAAAUU/WK3_3nDFMEc/s400/HENRI_CARTIER-BRESSON.jpg
    (3) http://mannerofspeaking.files.wordpress.com/2009/05/doisneau.jpg

  3. dasola says:

    Bonjour, je ne connaissais pas bien son oeuvre et à peine son nom. Merci pour les belles photos qui valent celles de Doisneau. Peut-être sont-elles meilleurs. Bon dimanche.

  4. FredMJG says:

    ToDasola : Hello ! Il n'est jamais trop tard… Je ne crois pas que l'on puisse dire de Doisneau ou de Ronis qu'ils sont supérieurs l'un à l'autre, ils sont complémentaires je trouve… le tout est de s'amuser à deviner lequel a photographié les nombreux amoureux qui peuplent Paris…
    Ce que je trouve fabuleux chez Ronis c'est qu'il a eu la chance d'atteindre un âge vénérable sans perdre son envie de vivre, sa douceur, son humilité et disons-le, ses neurones !!
    A bientôt !

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s